Category archive

ACTIONS

Fragments de vie carcérale (6), par Ali Aarrass

dans ACTIONS/Evénements/EXTRADITION/Fragments de vie carcérale/LA PRISON AU MAROC/TORTURE par

 

Beaucoup diront que les prisonniers d’aujourd’hui au Maroc, vivent dans le « luxe ».

J’aimerais bien qu’ils passent deux à trois jours enfermés chez eux, mais alors sans bonne nourriture, ni sucreries, ni téléphone, ni télévision, ni radio, ni eau chaude, ni personne à qui parler !

Pour moi, le luxe, c’était d’avoir un bout de crayon et un morceau de papier pour dénoncer les tortures abjectes et les privations de nos droits ! Il m’était interdit d’avoir cela dans ma cellule.

Je me rappelle la première fois qu’on m’a fait passer chez le médecin, après tout ces long mois de privation. J’étais malade et très faible, sans forces, du coup j’ai vu un crayon sur la table qui était censé être son bureau sans réfléchir je l’ai pris discrètement et je l’ai caché !

Avant, je pensais écrire avec mon sang, s’il le fallait, pour dénoncer les tortionnaires et les tortures.

Ce crayon, je l’ai coupé en trois morceaux et je les ai partagés avec deux autres prisonniers.

C’était aussi un luxe d’avoir un coupe-ongle. Mes ongles, je les frottais au sol en gravier !

Voilà le luxe dans l’isolement au Maroc !

C’était aussi un luxe de n’avoir ni vêtements de rechange, ni sous-vêtements. Tout m’était confisqué ! Comme c’était aussi un » luxe », de me laver avec de l’eau très froide ! Au Maroc, il faisait un froid terrible en hiver.

Pour justifier ces conditions de vie inhumaine, il n’y avait qu’un seul mot, tout simplement le mot discipline !

Cela voulait dire qu’il nous était interdit de parler, de manifester, de dénoncer les conditions de détention! En bref, nous tenir et faire de nous des robots!

Mais , pas de chance pour eux, la discipline était en moi depuis mon enfance !

Les nuits étaient plus longues que les journées. C’était le moment où je commençais à réfléchir plus longuement. Toute ma vie défilait dans le noir total.

Des nuits sans pouvoir fermer les yeux, des moments agréables et inoubliables de mon enfance, mon adolescence, des moments de folie, avant de rejoindre ma maman à Bruxelles depuis ma ville natale de Melilla. En sachant que j’allais la quitter, mon cœur s’était brisé en deux, car j’allais laisser derrière moi mon papa et ma grand-mère, celle que j’ai toujours aimée. Malgré toutes les injustices, les épreuves des années d’emprisonnement, j’ai gardé l’espoir de pouvoir un jour les retrouver… Avec le temps, une chose fondamentale m’a aidé à résister. Celle de me répéter : « Ali, il y a-t-il encore des choses dans la vie auxquelles tu n’as pas encore goûté ? » Savoir qu’un jour je serais libéré et pourrais revivre à nouveau me donnait une force inébranlable.

Quelques jours après l’arrivée de ces  Sahraouis, dans ma cellule, j’ai senti des odeurs de fumée de cigarette. Je suis monté sur le lavabo encastré dans le mur pour attirer l’attention du fumeur.

C’était l’un des  Sahraouis et directement il s’est excusé. Je ne voulais pas en rester là et j’ai ajouté : «  Comment est-il possible que des hommes comme vous, militants, combattants, qui avez affronté ce régime criminel, dictateur et qui êtes restés avec vos principes afin de pouvoir récupérer vos terres, qui vous retrouvez aujourd’hui dans ces conditions inhumaines, comment est-il possible que vpus soyez vaincus par un morceau de cigarette ? »

Là, c’était le silence, sans commentaire… Comme je lui avais parlé en français, j’étais certain qu’il m’avait compris.

Le jour d’après, le soir tombé, il appelle celui qui lui a parlé la veille sur la cigarette ! Je lui dis : Oui, c’était bien moi. Il m’a remercié pour ce conseil. Pour terminer il ajoute qu’ à partir d’aujourd’hui il ne fumait plus… J’ai ajouté qu’il était libre de son choix. Mais il faut savoir qu’ils seront condamnés, et pour bien longtemps. Donc pourquoi choisir une mort lente en prison !

À son tour de me poser une question. Qui étais-je ? Il voulait savoir à qui il avait parlé.

Je me suis présenté, sans tarder il m’avait reconnu. Je dois dire qu’il m’avait surpris. J’ignorais que mon affaire était connue aussi par des Sahraouis !

En Espagne, j’ai appris à ne m’attacher à aucun prisonnier. Avec le temps on m’a enseigné qu’en isolement sensoriel, l’une des tortures, c’est quand tu commences à côtoyer un détenu et t’habitues à lui, ils viendront soit le changer de quartier ou alors le transférer dans une autre prison. Croyez-moi, j’ai été maître de moi-même, de mes sentiments, durant 12 ans j’en ai vu des prisonniers politiques et d’opinion défiler sous mes yeux.

Leur but étant de nous déshumaniser dans l’isolement et faire de nous des êtres abandonnés, écartés d’autres êtres humains. Aujourd’hui encore, je n’arrive pas à oublier ces hommes courageux, qui ont réussi à se faire une place en Isolement. J’étais inspiré par Nelson Mandela:

La sagesse, l’intelligence, le courage, la persévérance, l’humilité, la modestie, la dignité…

D’autres aussi que j’ai laissés derrière moi, j’aurai l’occasion d’en parler.

Fragments de vie carcérale (5), par Ali Aarrass

dans ACTIONS/Fragments de vie carcérale/TORTURE par

Je vous demande de fermer vos yeux, de vous concentrer sur ces moments d’injustice où un innocent est en train de passer par toutes ces épreuves. Mettez-vous dans sa peau en vous concentrant autant que vous le pouvez !

Maintenant, dites-vous que ceci aurait pu arriver à l’un de vos proches bien aimés, ou alors à vous-même.

Et dites-vous que justice sera faite un jour. Comment vous sentez-vous là, maintenant après avoir ouvert les yeux ?

Moi, je me suis senti fort de corps et d’esprit…

Bon, je reviens sur la différence entre les isolements en Espagne et au Maroc.

En Espagne, dans chaque prison où j’ai été transféré, j’ai reçu dès mon arrivée mes accessoires sanitaires : couverts, couvertures propres, j’avais le droit de voir le médecin tous les jours, de prendre une douche, d’appeler au téléphone, de sortir à la cour, donc aucun de mes droits fondamentaux ne mettait refuser ! Attention, ne croyez surtout pas que je logeais dans un « cinq étoiles ». Non ! Mais plutôt en isolement sensoriel. Car la torture psychologique était présente tout le temps. Je sentais la différence quand je sortais à la cour pour une heure après avoir été enfermé en cellule durant 23 heures, croyez-moi, je n’avais pas envie de retourner en cellule et d’être privé de ce moment en semi-liberté et de cette occasion de voir le ciel en forme de carré et d’être privé d’un peu d’oxygène!

 Et physiquement, si tu commences à être dangereux pour les prisonniers ou contre les gardes, ils viendront te chercher pour te mettre dans un angle mort hors caméra. Après s’être acharné contre toi, ils t’enverront au cachot pour 45 jours, puis tu seras transféré dans une autre prison sous un régime carcéral plus dur que le précédent ! Il était inutile de te montrer le plus fort, surtout si tu avais tort !

Donc, vous voyez la différence entre un isolement au Maroc et en Espagne ? Au Maroc, ils m’ont privé de dentifrice et de brosse à dents, et cela durant cinq mois !

Je vous laisse imaginer le grand plaisir que j’ai pris en me brossant les dents, quand ils m’ont restitué ce droit ! Leur argument est la « sécurité » de peur que des prisonniers n’en fassent un instrument pointu pour agresser quelqu’un. Voilà la seule raison pour m’avoir privé de ce droit durant cinq mois !

Je vous rappelle qu’en Espagne, les deux ans et neuf mois dans les isolements de haute sécurité, jamais je n’en ai été privé !

Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. C’est vous dire aussi que malgré les formations que l’Amérique et l’Europe font au Maroc pour améliorer les conditions « sécuritaires », elles ne sont pas respectées, car leur tradition et leur méthode de langue de bois et de bras de fer les empêchent de s’en débarrasser ! Ils ont ceci dans le sang, le savoir-faire pour terroriser, humilier, affamer, rendre l’humain comme une bête ou un zombie bourré de drogue et de médication. Voilà ce qu’ils veulent faire de nous et c’est pareil à l’extérieur des prisons, dans la société et la population marocaines, la répression, rien d’autre que la répression !

Maintenant faisons un détour par les premiers cinq mois d’isolement sensoriel au Maroc.

Je suis témoin de l’arrivée des nouveaux prisonniers ; cela leur à pris toute une nuit. De bon matin, d’autres sont arrivés dans mon quartier. Quelques heures plus tard, j’ai entendu un maton dire au prisonnier de s’approcher de la porte de sa cellule pour lui poser des questions suivantes : « Tu es Marocain ou Sahraoui ? ».

Le prisonnier lui répond: je suis Sahraoui. Du coup, le maton s’énerve, le prend par son cou et commence à le frapper en l’insultant, en lui crachant au visage. Quelques jours après, il parle avec un gardien, pour lui dire qu’il attend la visite de sa famille et qu’elle devait venir du sud-est. Quand j’ai commencé à réfléchir, j’ai compris de qui il pouvait s’agir et je me suis souvenu : c’était début décembre 2010, avant mon extradition au Maroc. Depuis ma cellule de la prison de Valdemoro à Madrid, les nouvelles à la radio parlaient de manifestations dans le sud-est. Là où il y a de nombreuses arrestations de militants Sahraouis qui veulent l’indépendance du Sahara occidental. Oui J’ai été témoin, à la télé comme tout le monde, de ce qui s’est passé avant leur arrestation, mais aussi des tortures qui leur sont réservées car ils ont bien été torturés! Lors de leur incarcération à Salé ll, début janvier 2011, ils étaient une vingtaine, du camp de Gdeim Izik.

Ils les ont séparés dans toute la prison et isolés, comme moi. J’entends dans mon quartier venir les tortionnaires et les maltraiter dans leurs cellules. Je pouvais les entendre !

Au début de mon dépôt à Salé ll, mes repas étaient servis par des matons. Je m’étais dit que ce n’était pas du tout normal que je sois privé de mes droits fondamentaux et qu’en plus je ne sois pas servi par d’autres prisonniers, comme en Espagne. On voulait nous faire croire qu’on était encore au centre secret de Temara ! Coupé du monde, torturé, électrocuté, maltraité, violé, humilié, insulté, couvert de crachats et d’urine…

Donc obligé de croire, avec ces conditions de détention inhumaines, qu’on était kidnappé et que personne ne savait où on était !

Je dois reconnaître qu’au moment où le quartier commence à se remplir, je me suis senti plus en sécurité. C’est là que le côté humain joue son rôle! Là, vous comprenez que l’isolement dans n’importe quel pays dans le monde, est et restera une torture, mais surtout où Maroc ! L’une des raisons étant que certains matons, qui exécutent les ordres, étaient sous la contrainte. Je comprends, mais cela ne m’empêche pas de les affronter et de leur faire savoir qu’ils doivent faire leur boulot sans maltraiter les prisonniers. Mon but étant de leur rappeler que nous sommes tous des humains, et que bientôt justice sera faite. Je voulais les sensibiliser et leur dire que je comprenais qu’ils étaient sous la contrainte : mal payés, sans couverture sociale, certains sans moyens de transport, et l’emploi du temps avec des horaires de travail impossible etc. Certains parmi eux commencent à avoir de l’empathie et de la confiance, j’ai remarqué cela dans leur traitement à mon égard. Je savais qu’il était nécessaire d’acquérir la confiance des gardiens censés êtres là pour servir notre quartier …

Sachez bien que cela m’a demandé beaucoup de patience car, à chaque arrivée d’un nouveau gardien qui venait comme un félin, il fallait à nouveau lui couper les griffes …

Il était important de leur faire savoir qu’il y a des limites à ne pas dépasser, tant pour moi que pour eux-mêmes.

Je leur ai fait savoir qu’en France les matons ont droit une fois par mois à une consultation psychologique chez un médecin spécialisé. Et que ceci n’existe pas au Maroc !

Je savais que ce genre de conversation les mettait mal à l’aise. Ils étaient beaucoup moins informés que moi sur le sujet ! Une fois de plus, j’ai leur faisais savoir qu’ils étaient privés eux aussi des droits, et c’est l’une de raison pour lesquelles vous devenez des matons sans état d’âme, dans le cadre de vos fonctions ; à long terme vous devenez violent et vous vous acharnez contre nous !

J’ai remarqué que certains ont été blessés dans leur orgueil, mais oser leur parler dans de moments propices les faisait réfléchir. Parce qu’ils n’ont pas l’habitude de telles conversations et moins encore venant d’un prisonnier.

Je savais qu’en étant isolés, ils pouvaient m’écouter mieux sans que nous soyons interrompus.

Certains parmi vous se poseront la question. Était-il nécessaire de parler à des gardiens prêts à exécuter des ordres des leurs supérieurs contre d’autres prisonniers ? La réponse est que je savais que je pouvais gagner la confiance de certains gardiens dans le but d’imposer le respect de chaque personne. J’ai toujours tout fait pour me faire respecter, sans rien leur donner en échange. Aussi pour me tenir informé des nouvelles à l’extérieur et à l’intérieur de la prison. Tout ceci m’a demandé beaucoup de temps afin de conquérir ma place dans un endroit fermé, isolé et coupé du monde !

Fragments de vie carcérale (4), par Ali Aarrass

dans ACTIONS/Fragments de vie carcérale/LA PRISON AU MAROC/TORTURE par

Nous devons prendre conscience que seul le meilleur en sortira infailliblement ! C’est quelque chose qui ne tombe pas tout cuit dans notre bouche. Ne sois jamais découragé. Il est vrai que dans un état  répressif, la tâche des opposants n’est pas facile. Par contre et malgré cela, nous devons manifester pacifiquement et sans violence, avec persévérance !

En prison j’avais tout le temps un pas d’avance sur le système carcéral : j’ai fait de mon isolement un monde propre à moi ! Je pouvais dans ma tête imaginer, étudier le régime carcéral, enregistrer le claquement et la fermeture de toutes les portes et savoir d’où ça venait ! J’ai été maître de moi-même, je leur ai fait savoir qu’ils ne pouvaient pas m’imposer leur règlement pénitentiaire, ni leurs lois qu’eux-mêmes ne respectent pas !

Je voulais vivre chaque minute en conscience avec moi-même et en accord avec mes valeurs. Je me suis senti le directeur de ma vie, je pouvais dire oui et non quand je voulais. Cela m’a poussé à leur faire croire que j’ai été le maître de mon destin : car le chemin qui mène à la liberté et à la dignité humaine demande parfois de renoncer à la facilité, pour suivre les exigences de sa volonté au plus profond de soi-même.

Il n’est pas toujours facile d’acquérir nos droits dans une prison et moins encore en isolement quand on est coupé du monde sous un contrôle constant.

En isolement en Espagne et au Maroc

En Espagne j’ai été aussi isolé et mis dans un quartier d’isolement avec les plus dangereux et des prisonniers politique de L’E.T.A et d’autres de droit commun avec de longues peines. Je voulais seulement vous faire savoir la différence des isolements entre l’Espagne et le Maroc.

En Espagne d’abord. Malheureusement comme c’était ma première expérience préventive, les trois premiers mois d’isolement sensoriel, j’étais traité comme un présumé « terroriste criminel, » en attendant la procédure de justice, ils étaient censés me surveiller de très près tous les jours pour en savoir plus sur mon comportement. Ils utilisaient les fouilles de ma cellule en jetant tout par terre brutalement et me fouillaient avec des attouchements pour m’humilier et tester ma réaction.

Chose que je n’ai pas acceptée bien sûr, quand c’était suivi par des commentaires racistes, des insultes sur ma personne présumée être « un terroriste « mais pas encore condamnée. Aussi ils me faisaient souvent changer de cellule, quand je leur demandais la raison, ils fermaient le parlophone, du coup la porte blindée s’ouvrait et je devais me diriger vers l’autre cellule…  Il était important de savoir que les gardes ne pouvaient ni me frapper ni me maltraiter, car je pouvais les dénoncer auprès de la justice à Madrid chez le juge Baltazar Garzón, chargé de mon cas après une très longue enquête faite à mon insu avant mon arrestation, puisqu’elle a duré deux ans et neuf mois.

Un non-lieu

La justice espagnol a dû me donner un non-lieu, donc j’ai été innocenté. Mais malgré que la justice a décidé de me libérer, le gouvernement du parti socialiste ne l’a pas voulu ainsi. Nous savons que dans tous les États de droit dignes de ce nom en Europe rien ne peut être au-dessus de la justice ! C’est vous dire et peut-être vous rappeler, combien d’injustices, de violations des droits de l’homme ont eu lieu ! Au nom de la lutte contre le terrorisme… Les services secrets espagnols (CNI) avec la coopération des services marocains  (DST), sous les ordres du roi du Maroc, ont convaincu l’Espagne et certains pays européens en leur montrant des scénarios bien montés, filmés avec leur caméra, d‘arrestations de jeunes, dont la grande majorité sont innocents. Tout ceci pour faire leur propagande de « F.B.I marocaine » ! Je vous invite à visualiser les enregistrements de coups montés de toutes pièces de leurs descentes pour neutraliser les présumés membres de réseau terroriste qui ne se connaissaient même pas entre eux. Une fois arrivés en prison, ils sont séparés, puis ils se rencontrent à l’infirmerie ou dans le fourgon cellulaire en direction pour leur procès, c’est alors là qu’ils font connaissance et puis ils sont choqués de découvrir qu’ils font partie du « même réseau ». Donc je vous laisse imaginer et juger, où est la crédibilité de ces policiers terroristes et criminels qui osent même faire des communiqués à la presse pour dire qu’ils étaient prêts à agir avec des « armes » et tout un « arsenal ». Alors qu’ils n’ont même pas de quoi nourrir leur famille…

 Durant les  douze années d’emprisonnement, j’ai découvert et analysé, que le Maroc était prêt à sacrifier ses citoyens pour faire croire au monde extérieur qu’ils sont très forts dans la persécution du terrorisme. Oui, contre des jeunes qui ne se connaissent même pas entre eux. Bien sûr, il leur fallait un peu de crédibilité dans leur procès verbal bien monté de toutes pièces. Les jeunes arrêtés devraient avoir un profil qui était le suivant : avoir une connaissance basique de l’islam, fréquentation de la mosquée, opinion sur la politique et soutien aux opprimés dans le monde…

J’aimerais ajouter ceci.

Le monde ne peut plus rester neutre, en étant témoin des atrocités des crimes, des tortures abjectes des maltraitances tels qu’ils l’ont fait avec moi et d’autres au Maroc ! Et envers un peuple qui ne demande qu’à vivre librement dans sa dignité humaine ! Il est grand temps que cela change. Ce système policier au Maroc est en train de semer la peur, de terroriser le peuple marocain. Aujourd’hui, je me pose la question, combien de temps resterons-nous cachés sans vouloir faire surface? Il faut affronter ce système policier criminel, cette dictature despotique qui veut faire de nous des esclaves d’une monarchie, d’une dynastie qui nous pousse à marcher la tête baissée en rasant les murs !

Et pour finir, on croirait qu’on est dans un système archaïque, là quand on n’a pas d’éthique on devient alors pathétique ! À qui faut-il en vouloir ?

Je pense que si le monde évolue dans le bon sens, on doit évoluer avec lui ! La génération future ne doit pas suivre celle qui l’a précédée. Car grandir c’est souffrir dans le bon sens. La dictature au Maroc finira par tomber comme la poussière, elle s’élève, s’élève, et finit par tomber d’elle-même !

Donc je reviens dans le monde carcéral, là où mes convictions se sont renforcées durant ces  douze années. Je me suis posé les questions suivantes. Etais-je en sécurité entre ces quatre murs ? Où trouver ma sécurité ? Étais-je prêt à défendre ma sécurité et à repousser le danger ?

Une chose fondamentale m’a aidé, c’est que je ne me suis jamais, à aucun moment, satisfait de rester statique. En prison je devais rester sincère et réceptif à tout. Je ne pouvais pas créer le nouveau en demeurant immergé dans l’ancien ! Un nouveau-né ne peut demeurer attaché à sa maman … Alors sommes-nous prêts à changer notre façon de penser et à agir pour avancer dans une solidarité humaine ? Et sommes-nous prêts à tout accepter quoi qu’il arrive ?

Et jamais, à aucun moment, nous ne devons permettre aux échecs apparents de nous décourager !

Prenons le temps de bien réfléchir et d’être bien honnêtes avec nous-mêmes !

Un long silence

Il y a des moments en prison qui ne peuvent passer inaperçus : dans un long silence, très long qui dure des journées interminables. Durant ce temps-là, un prisonnier en Espagne isolé dans notre quartier, pète les plombs et commence à frapper sur la porte de sa cellule !

Il criait, il ne voulait pas rester seul, il demandait d’être en compagnie avec d’autres personnes en cellule. Les gardiens ont ouvert la porte blindée et les coups venaient de tous les côtés, une fois maîtrisé et menotté il fut mené au cachot, quinze jours après ils l’ont ramené dans la même cellule. Par la fenêtre le soir, il nous a parlé et commenté ce qu’il lui est arrivé et qu’il recevait la visite d’un médecin tous les jours au cachot ; celui-ci lui a posé la question : qui l’avait mis dans cet état ? Avec des traces de coups sur son corps ?

Il a répondu qu’il avait glissé dans les douches. Le médecin a pu faire son rapport. S’il avait dénoncé les gardiens, nous a-t-il dit, il ne serait pas encore sorti du cachot… Ceci n’arrive qu’aux prisonniers de droits communs, a-t-il ajouté !

Ils connaissent bien les règles et les astuces dans les prisons. Celui-ci a été mis à l’écart des autres parce qu’il était soupçonné de trafic de drogue.

Je dois dire, que par une fenêtre en écoutant les autres parler, j’ai appris beaucoup, c’était comme si j’allais à l’université. Car en prison les savoir-faire sont tellement grands et riches e la connaissance est illimitée. Le soir tombé, je devais faire le triage de ce savoir précieux, très utile pour toutes ces années d’injustice.

Car en isolement, c’était important de savoir comment arriver à être fort, convaincu que je devais surpasser ces conditions dures et éprouvantes, physiquement et psychologiquement pénibles pour un innocent.

 

Fragments de vie carcérale (3), par Ali Aarrass

dans ACTIONS/Evénements/EXTRADITION/Fragments de vie/Fragments de vie carcérale/LA PRISON AU MAROC/TORTURE par

Je vous demande de m’excuser, car je vais devoir souvent prononcer des mots désagréables comme : kidnappé, torturé, violence, humiliation, prison, isolement, etc.
Ceci dit, je continue pour mieux expliquer ce côté humain qui fait que, malgré les tortures abjectes, les conditions de détention difficiles à supporter durant de longues années, il faut rester debout, bien ferme dans ses convictions.
Nous savons tous que l’homme a la spontanéité et il est prédisposé à porter de l’aide à son semblable !
 Au début de mon isolement dans la prison de Salé 2, j’entendais quelqu’un frapper de l’autre côté du mur de ma cellule, j’étais encore en état de choc, je me suis levé du sol et me suis dirigé vers le mur pour savoir d’où venaient ces coups. Je réponds aussi par des coups, j’entends une voix qui dit de monter sur le lavabo encastré dans le mur, je suis monté et j’ai vu une main de la cellule voisine qui m’offrait un fruit ; je n’ai pas hésité une seconde, je l’ai remercié pour ce geste humain.
Puis plus de nouvelles depuis ce jour-là du voisin. Je dois dire que, encore aujourd’hui, je garde dans l’esprit cette solidarité et bien sûr le goût de ce fruit que j’ai dégusté avec grand plaisir et puis je devais me débarrasser de l’épluchure dans la toilette avant que les matons ne les trouvent, pour ne pas mettre en danger le voisin d’à côté, car ils savent que j’étais sensé n’avoir de contact avec personne !
Les cinq premiers mois de mon isolement, au sol avec deux couvertures, portes et fenêtres fermées, une nourriture immonde et immangeable, sans douche, sans médecin, sans coiffeur, sans sortir à la cour, sans visite familiale…
Couché sur le dos, je fixe le plafond de mes yeux et du coup je vois ce plafond descendre et s’approcher de mon visage.
La faim était présente tout le temps, la nourriture, quand elle arrive, je la mange parfois en fermant les yeux et en triant les petites bestioles et les cailloux, le pain sale et sec. Malgré cela, j’étais moralement capable de leur démontrer que je n’avais besoin de rien et de rester debout même si mon corps me joue un tour avec un dysfonctionnement articulaire.
Bien sûr, ceci après leur avoir demandé à maintes reprises le pourquoi de toutes ces entorses à mes droits fondamentaux. Je savais très bien qu’ils étaient sous les ordres des hauts placés !
Les mois passent, les odeurs dans ma cellule commencent à devenir fermentées et insupportables mais je dois reconnaître que je m’étais habitué à ces conditions inhumaines et déplorables.
Les matons, quand ils ouvrent la porte blindée de ma cellule, bouchent leur nez et me demandent : pourquoi tu n’ouvres pas la fenêtre ?! Je leur ai fait savoir que cela ne me dérange absolument pas et qu’elle était fermée avant mon arrivée.
L’heure de la distribution des repas, ils poussent le plateau avec leurs pieds en fermant vite la porte. Ce geste est pour me faire savoir que je ne suis rien qu’un criminel ou un animal. Cela fait partie des humiliations et les tortures blanches d’isolement, ce sont les consignes.
Je savais qu’il leur était facile d’ouvrir cette maudite fenêtre et de ne plus me priver des tous les droits fondamentaux, mais je ne devais pas tomber dans leur jeu.
Il est très facile pour les personnes fragiles de céder et d’être une pâte à modeler pour les tortionnaires.
D’autres se font avoir par le chantage et des promesses, qui ne sont jamais respectées.
Un après-midi, la porte blindée de ma cellule s’ouvre, je vois le gardien de mon quartier avec un prisonnier avec une tondeuse en main prêt à me couper les cheveux avec mon accord. Je n’ai pas refusé ce que je savais être un droit. Donc ils rentrent avec une chaise toute en morceaux, directement je me suis rappelé de la fameuse chaise du centre secret de Témara, là où les bourreaux m’ont torturé et passé à tabac durant douze jours et nuits …
Directement je lui dis de changer cette chaise pour une autre en bonne condition, chose qu’il n’a pas refusé, il ordonne au coiffeur de prendre une juste à côté de son poste. J’ai vite remarqué que le gardien était mal à l’aise à cause des odeurs. Il me dit avec respect : pourquoi n’ouvres-tu pas la fenêtre ? J’ai lui dit qu’elle était très haute et que c’est de votre devoir à vous de faire le nécessaire pour que je sois dans de bonnes conditions de vie. Avant son départ, il m’a dit qu’il allait signaler cela à son chef. Me voilà les cheveux coupés, mais il me fallait une douche, je commence à me gratter partout. Ce qui était important c’était de les voir arriver vaincus en m’offrant mes droits fondamentaux sans les supplier ni plier les genoux.
Un bon matin le directeur se présente avec ses gardes et me dit : as-tu besoin de quelque chose ? Conscient de l’état dans lequel j’étais. Qu’auriez vous répondu ?
Je m’attendais à ce qu’il se présente d’abord… Rien de tout cela, directement avec sang froid, comme ils ont l’habitude de le faire. C’est pour te démontrer qu’il est le plus fort et le seul à détenir l’autorité en prison. Aussi quand il est accompagné par ses gardes fidèles, il utilise la langue de bois. Avant de lui répondre, je le regarde dans les yeux, directement je me suis dit, « Ali reste fort devant eux, ne tombe pas à leur niveau . »
D’après vous, ne croyez-vous pas que le directeur est censé être au courant des conditions de vie de chaque prisonnier dans son établissement. Il n’y a pas une chaise qui se déplace d’un endroit à un autre sans sa permission ! Donc j’ai répondu en le regardant aussi dans les yeux. « Non, je n’ai besoin de rien ». Il ne s’attendait pas à cette négation de la part d’un prisonnier isolé, coupé du monde extérieur, qui couche au sol, privé de médecin et de médicaments, de douche, de téléphone, de sortie à la cour et cela durant cinq mois depuis mon dépôt à Salé ll.
Aussi j’aimerais attirer votre attention sur ces cinq premiers mois d’isolement sensoriel. Il y a eu le printemps arabe en Tunisie, Libye, Égypte, le 20 février au Maroc, les indignés en Espagne (Madrid). Tout ceci je l’ignorais. Donc le directeur part en claquant fortement la porte blindée de ma cellule.
Quelques minutes après, le gardien de mon quartier (B), s’approche pour me dire, « Ali pourquoi tu as refusé l’offre du directeur ? » Il me fallait une fois de plus répondre en pesant bien mes mots. Je lui ai dit que si cette offre était un droit, il ne faut pas me priver de cela ! Et si c’était un privilège, je n’en voulais pas ! Alors, je vais expliquer la raison pour laquelle j’ai refusé : Si j’avais répondu au directeur : oui j’ai besoin d’un lit avec un matelas, d’une chaise, d’une petite table, de prendre une douche, de voir un médecin, de sortir à la cour, de téléphoner à ma famille… Ou encore une autre chose facile et à portée de main, comme avoir ma brosse à dents et du dentifrice, petite chose qui m’avait été refusée. Donc imaginer dans qu’elle état d’esprit j’étais.
Quelques jours plus tard, le même gardien s’approche de la porte de ma cellule pour me dire « Ali, il faut que tu fasses une demande écrite à la direction pour récupérer tes habits et ta brosse à dents.» J’ai remarqué que ce gardien m’a parlé avec respect et qu’il voulait peut-être me conseiller ou alors il a été envoyé pour voir ma réaction mais j’ai renoncé à faire la demande !
Je répète qu’il était dans mon droit d’avoir un minimum de bien être dans cet isolement, mais ils ne l’ont pas voulu ainsi !!!
Si j’avais répondu par oui à leur demande, je leur aurais montré mon point faible. Donc tout en sachant qu’ils aimaient s’amuser avec ma dignité, j’ai évité de leur procurer ce plaisir…
Les jours passent lentement, très lentement.
Un bon matin très tôt. La porte blindée s’ouvre, des matons entrent pour fouiller ma cellule, je dois dire qu’ils étaient dégoûtés des odeurs très fortes, après m’avoir fouillé et ce qu’il y avait a fouiller ! Ils repartent sans rien dire ni trouver.
Le jour d’après, toujours le matin, le chargé du quartier entre dans ma cellule avec une chaise pour ouvrir cette fenêtre que je refusais d’ouvrir sur leurs ordres.
Après son départ, je me suis senti très bien et fier de ma dignité, moi qui n’ai pas cédé ni à l’intimidation ni à l’humiliation.
Concernant la dignité et l’espoir chez l’être humain, je ne finissais pas d’apprendre des leçons tous les jours.
À cette époque-là, il y avait un prisonnier dans la cour, un homme accroupi en train de cirer ses chaussures, un autre qui s’approchait de lui pour lui dire  » »je vois que tu te prépares pour sortir bientôt n’est ce pas ? » Et l’homme aux chaussures lui répond oui. L’autre repose une autre question « combien il t’en reste avant ta libération ? » Et lui, il répond : Je suis condamné à perpétuité ! «
Ceci-dit, il était fort dans le corps et l’esprit qu’un jour il finira par sortir mort au vivant, mais jamais sans sa dignité et la fierté d’un homme !!!
J’ai compris que cette vie n’est pas pour les âmes timorées qui ont peur de faire face à la réalité.
Hélas il était écrit que j’apprendrais de bonne heure que certaines choses coupent l’appétit, l’envie de manger s’envole en même temps que le sommeil !
Je suis désolé, mais jusqu’à maintenant vous avez remarqué que je ne peux vous parler que d’anecdotes bien tristes…
En voici d’autres qui peut-être allègent nos cœurs.
Souvent dans l’isolement total avec un silence interminable, coupé du monde, couché sur le dos je me parle à moi-même, je me dis : « Dis-moi, dis-moi que je suis vivant ? Oui, je réplique, oui, toujours vivant ! »
L’homme a-t-il une fin propre ?
Nous savons qu’il se nourrit d’illusions. Il faut qu’il s’y tienne. Sinon il chavire et il tombe, en raison de ses faiblesses de cœur et d’esprit.
En prison donc, ne jamais avoir confiance, être prudent , prendre le temps de bien connaître les matons, ouvre bien tes yeux, tes oreilles ! Sois intelligent et patient. Il faut vivre ton présent, chaque moment, chaque minute de ta vie est importante, et ne t’habitue pas à la routine, car ils peuvent te la briser à n’importe quel moment, alors tu te sentirais déboussolé ce jour-là entre ces quatre maudits murs de ta cellule !

Ali Aarrass, invité chez Amnesty International Belgique, et au premier congrès du N.A.R. (National Assembly of Rif)

dans ACTIONS/DANS LA PRESSE/ORGANISATIONS POUR LES DROITS DE L'HOMME / FOR HUMAN RIGHTS/TORTURE par


SOURCE AI Belgique

Le 2 avril 2020, Ali Aarrass a été libéré de la prison de Tiflet au Maroc, après 12 années de détention. Ce Belgo-Marocain avait été arrêté par la police espagnole en 2008, suspecté de trafic d’armes pour un réseau terroriste. Une solide enquête de l’éminent juge Baltasar Garzón avait abouti à un non-lieu, faute de la moindre preuve. Malgré cela, et contre l’avis des Nations unies (ONU), l’Espagne a accepté en 2020 la demande d’extradition d’Ali Aarrass vers le Maroc. Cela a marqué le début de dix ans d’un véritable enfer. À son arrivée, Ali a été torturé sans relâche pendant 12 jours. Il a ensuite vécu l’isolement parfois total, les mauvais traitements, les humiliations. Mais cela ne l’a jamais fait se taire, au contraire.

Ali Aarrass réside aujourd’hui en Belgique, où il essaie de se reconstruire, mais aussi d’obtenir justice. Nous l’avons rencontré dans les bureaux de la section belge francophone d’Amnesty International, qui s’est mobilisée pendant des années en sa faveur.

Qu’est-ce qui vous motive aujourd’hui à témoigner des violences et atrocités commises dans les prisons marocaines ?

C’est mon combat. Parler de ce qui m’est arrivé m’aide à faire face, mais je témoigne surtout pour soutenir les personnes qui sont encore enfermées là-bas. Aujourd’hui, être libre est une raison de plus de ne pas rester dans mon coin, afin que ces tortionnaires soient punis pour leurs crimes. J’ai survécu à ces atrocités, ce n’est pas pour me taire.

Lors de votre détention, avez-vous reçu le soutien d’autres détenus ?

Il est vrai que comme je tentais de défendre la cause des prisonniers, une certaine forme d’empathie et de solidarité pouvait se créer envers moi. Cependant, j’essayais de ne pas m’approcher d’eux, car ceux qui entraient en contact avec moi étaient transférés dans d’autres quartiers ou dans d’autres prisons loin de leur famille.

Je me suis demandé pourquoi il ne me transférait pas moi plutôt qu’eux. En fait, les autorités voulaient me maintenir à Rabat pour que les ONG organisations non gouvernementales, NDLR], ou d’autres organisations, puissent me rendre visite facilement et constater les bonnes conditions de détention. Bien sûr, ces visites se faisaient après un grand nettoyage. C’était une mascarade. On ne pouvait même pas se retrouver seul avec les personnes qui examinaient les conditions de détention, il y avait toujours un responsable de la prison pas loin.

Souvent, ces visites étaient faites par le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) marocain, qui dépend entièrement de l’État. Les rapports que fait cette institution ne sont pas fiables.

Ils envoyaient des médecins aussi ?

Oui, mais là aussi, j’ai appris à rester méfiant. Par exemple, lorsque le psychiatre vous demandait si vous dormiez bien, c’était un piège qu’il vous tendait pour vous prescrire un tranquillisant et vous transformer en une sorte de zombie. Une fois, j’ai pris un des médicaments que l’on m’a prescrit et je ne me suis pas reconnu. Il ne faut pas montrer de points faibles en prison, sinon ils s’en servent contre vous.

Aussi, quand vous demandez un médecin, il n’y en a jamais de disponible. Il y a des morts dans ces prisons. Je me souviens d’un prisonnier qui n’a pas eu accès à des soins. Il est mort dans sa cellule. Les autorités ont emmené son corps à l’hôpital et ont fait dire aux médecins qu’il était décédé là-bas. Selon les chiffres officiels, il n’y a donc aucun mort dans les prisons marocaines.

Aviez-vous des contacts avec votre famille et votre avocat ?

Je n’ai eu aucun contact avec eux pendant les 5 premiers mois au Maroc, j’étais à l’isolement total. Je n’avais même pas le droit à des douches, pas le droit de téléphoner à ma famille, pas le droit de sortir au préau … j’avais juste le droit à de la nourriture immangeable. La soupe servie la veille se transformait en un bloc compact le lendemain. Il y avait des insectes dans les lentilles. La faim était toujours présente. La nuit, les lumières pouvaient être allumées ou éteintes en fonction de l’envie des gardes. Tout devenait un moyen de torture dans le but de nous faire perdre la raison.

Les prisonniers les plus dangereux, de « catégorie A », dont je faisais partie, devaient être coupés du monde, personne ne devait me croiser ou m’approcher. C’était un isolement très dur, j’ai été le seul à occuper une cellule dans un couloir qui en comptait 38. Elles avaient été vidées pour que je me retrouve totalement seul. À cette époque, les printemps arabes étaient en cours et même ça, je ne l’ai su que bien plus tard. J’ai même perdu la notion du temps.

Comment s’est passé votre retour en Belgique ?

Je suis sorti de prison en plein confinement à cause de la pandémie. Quand les portes de la prison se sont ouvertes, j’ai fait face à un horizon que je n’avais pas vu depuis des années. Ma famille est venue me chercher pour aller à l’ambassade. J’ai demandé à pouvoir rentrer en Belgique, mais les autorités belges m’ont répondu qu’ils ne pouvaient rien faire pour moi, que les frontières étaient fermées. Il y a bien eu des vols de rapatriement mais ils ne m’ont jamais pris.

C’est une famille belge qui réside à Rabat, que je remercie énormément, qui m’a accueilli pendant les trois mois de confinement au Maroc. La maison et la famille étaient sous surveillance de la police à cause de moi. Je n’avais pas envie qu’ils aient des problèmes avec les autorités ou le voisinage.

Aujourd’hui je cherche du travail. Je suis ancien commercial, j’ai toujours été indépendant et je suis maintenant au CPAS. Les difficultés continuent même à l’extérieur de la prison.

Vous êtes suivi médicalement ?

J’ai vu plusieurs spécialistes depuis mon retour. J’essaie aujourd’hui de respirer et de vivre mais c’est impossible d’oublier. C’est en rentrant à la maison le soir que tout cela me revient. J’essaie de ne pas tomber dans cette ambiance-là. Mais c’est plus fort que moi, je l’ai vécu, le trauma est là. J’ai une fille que je n’ai pas vu grandir pendant 12 ans … ça, c’est irréparable.

Vous menez un combat pour obtenir justice devant les tribunaux également. Quelles sont les procédures en cours ?

Le Maroc a toujours nié et il continuera afin de protéger son image. Ils n’admettront jamais qu’ils aient pu se tromper sur un prisonnier ou une accusation de terrorisme. Ils ont dû me torturer pour que je signe un PV et m’arracher de faux aveux. Au Maroc, toutes les personnes qui se font arrêter pour terrorisme sont d’office condamnés. Ce qui leur permet de paraitre crédible dans leur lutte contre le terrorisme sur la scène internationale.

Une action est en cours à la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH). Les autorités marocaines se défendent avec de faux témoignages et en me faisant passer pour un menteur. Ils ne veulent pas reconnaître leur erreur. Erreur dont je porte les traces physiques et psychologiques dans ma chair.

Vous intentez également une action contre l’État Espagnol ?

L’Espagne a été condamnée récemment pour mon extradition vers le Maroc. Extradition qui s’est faite malgré le non-lieu de l’affaire qui a prouvé mon innocence, et malgré les recommandations d’Amnesty International et des Nations Unies qui s’inquiétaient des risques de torture que j’encourais. Mais ce procès est toujours en cours puisque l’État a fait appel.

La Belgique avait refusé l’assistance consulaire pendant des années. A-t-elle, aujourd’hui, fait un pas vers vous ?

Non, je ne suis pas en contact avec les autorités. Personne n’a sonné à ma porte pour me demander des nouvelles. Je n’attends de toute façon rien de l’État. Je suis déçu que la Belgique n’ait rien fait et ne vienne pas au secours d’un citoyen. Depuis le mois de janvier, nous avons obtenu gain de cause pour les binationaux. Maintenant, l’État doit leur garantir l’assistance consulaire.

En détention, receviez-vous les messages envoyés par les militant·e·s d’Amnesty ?

Oui, il fallait rester fort et c’est grâce à vous que j’y suis arrivé. Votre soutien m’a permis de tenir. Vos voix faisaient vibrer ma cellule. Ma sœur me rapportait au téléphone vos messages réconfortants, je ressentais alors comme une lumière qui me donnait le courage de continuer.

D’autres prisonniers sont abandonnés, vulnérables, dont beaucoup d’innocents, qui rentrent dans leur coquille. Je les comprends. Ça n’était pas mon cas. Je devais absolument, malgré ces conditions, lever le poing et dénoncer les atrocités qu’ils nous faisaient. Je vous remercie du fond du cœur.

 

Au N.A.R. National Assembly of Rif 

Voir l’enregistrement sur Facebook

cliquez ICI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ali Aarrass at the Festival of Social Justice (UK Amnesty international 16/04 – 31/05)

dans ACTIONS/ARTS/FRIENDS OF ALI AARRASS LONDON SUPPORT COMMITTEE/ORGANISATIONS POUR LES DROITS DE L'HOMME / FOR HUMAN RIGHTS/TORTURE par

Ali Aarrass chez Michel 𝗠𝗜𝗗𝗜 : 𝟭𝟮 𝗮𝗻𝗻𝗲́𝗲𝘀 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝗹𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗶𝘀𝗼𝗻𝘀 𝗺𝗮𝗿𝗼𝗰𝗮𝗶𝗻𝗲𝘀

dans ACTIONS/DANS LA PRESSE/Evénements/EXTRADITION/LA PRISON AU MAROC/TORTURE par

𝗠𝗜𝗖𝗛𝗘𝗟 𝗠𝗜𝗗𝗜 
𝗔𝗹𝗶 𝗔𝗮𝗿𝗿𝗮𝘀𝘀 : 𝟭𝟮 𝗮𝗻𝗻𝗲́𝗲𝘀 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝗹𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗶𝘀𝗼𝗻𝘀 𝗺𝗮𝗿𝗼𝗰𝗮𝗶𝗻𝗲𝘀
☞ RDV mardi 𝟴 juin 𝗮 𝟭𝟮𝗵 sur la page FB https://www.facebook.com/InvestigAction

Le 11 avril, Ali Aarrass fera une grève de la faim solidaire d’une journée pour Julian Assange.

dans ACTIONS/COMMUNIQUES DE PRESSE/Evénements/EXTRADITION/TORTURE par

Un article de Marie-France Deprez, Comité Free Assange Belgium

Ali Aarrass est enfin libre mais après 12 années d’injustice, de torture. Alors quand nous l’avons vu venir nous rejoindre pour soutenir Assange, cela a mis de la chaleur dans nos cœurs. Ali sait ce que vit Julian. C’est pour cette raison qu’il peut nous transmettre force et résistance. Cette grève de la faim qu’il mène aujourd’hui, ce n’est pas pour se mettre en danger un jour de plus. Non, le symbole de cette grève c’est de dire que manger est normal, c’est un droit fondamental, mais, il est possible de s’en priver, si on en décide soi-même. Aujourd’hui Ali a choisi ce moyen pour nous aider à comprendre ce qu’est la privation des droits.

Julian Assange est menacé d’extradition et s’il est extradé de 175 années de prison. Les rassemblements Assange, c’est le soutien, le soutien par l’information.
C’est le soutien par la rencontre et la discussion.
Et des rencontres, nous en avons faites.
Et parmi ces rencontres, certaines sont plus marquantes que d’autres.
Rencontrer des prisonniers enfin libres quand on lutte pour la libération d’un prisonnier est bouleversant.
Le monde carcéral nous est étranger pour la plupart, plus étranger sans doute que n’importe quel pays où nous ne sommes jamais allés.
La privation de liberté, comment l’imaginer ?

Lorsque le confinement est venu, j’ai cru que je pourrais commencer à comprendre, je sortais peu mais… je pouvais sortir.
Lorsque le soleil brillait, je pouvais le sentir assise à ma fenêtre.
C’est là que j’ai pensé que si je n’avais pour toute fenêtre qu’une fente placée si haut que je ne pourrais l’atteindre, que si je n’avais pas de fenêtre…, que si je ne savais pas quand je sortirais de ce trou.
Alors que serait ma vie.
Et même dans ces conditions, comment imaginer
des jours,
des heures,
des minutes,
des années en prison.
Aujourd’hui, Julian Assange est emprisonné à la prison de haute sécurité de Belmarsh depuis deux ans, isolé de tout et surtout de sa famille, coupé du monde, même du monde judiciaire puisqu’il ne peut pas voir ses avocats.

Ali Aarrass lui est enfin libre mais après 12 années d’injustice, de torture.
Alors quand nous l’avons vu venir nous rejoindre pour soutenir Assange,
cela a mis de la chaleur dans nos cœurs .

Julian Assange est menacé d’extradition et s’il est extradé de 175 années de prison.
Ali Aarrass a vécu l’extradition, une extradition alors qu’un jugement l’avait innocenté. Comme Assange, il ne connaissait pas le pays vers lequel il était extradé.
Il a vécu ces moments où l’on vous mène contre votre volonté vers un avion sur un tarmac. Un avion sur un tarmac qui n’évoque pas soleil ou plage mais enfermement et obscurité. Il a connu cette peur d’un départ non voulu, ces efforts pour ne pas embarquer. Ali sait ce que vit Julian.
C’est pour cette raison qu’il peut nous transmettre force et résistance.

Cette grève de la faim qu’il mène aujourd’hui, ce n’est pas pour se mettre en danger un jour de plus.
Non, le symbole de cette grève c’est de dire que manger est normal, c’est un droit fondamental, mais, il est possible de s’en priver, si on en décide soi-même.
Aujourd’hui Ali a choisi ce moyen pour nous aider à comprendre ce qu’est la privation des droits.
Il se prive de nourriture pour nous faire comprendre l’injustice infligée par ces autorités, ces juges, ces gouvernements qui s’autorisent à refuser des droits humains fondamentaux à des innocents injustement maintenus en détention.

Libération de Julian Assange.
Abandon de toutes les charges à son encontre.
LE JOURNALISME N’EST PAS UN CRIME.

 

L’évènement « Deux ans à Belmarsh. Vigiles pour Assange » est organisé par le Comité Free.Assange.Belgium.


Venez soutenir, rencontrer, rejoindre le gréviste de la faim.

Venez discuter et marquer votre soutien ce dimanche 11 avril de 10 à 18 heures au Théâtre National occupé, Bd Émile Jacqmain 111-115 1000 Bruxelles   

Sur Facebook cliquez ici

1 2 3 40
Aller à Top