Category archive

ARCHIVES - page 4

Il s'agit de la catégorie pour publie une nouvelle.

24 septembre : International State Crime Initiative (ISCI) envoit une délégation à Rabat

dans ARCHIVES par

Le International State Crime Initiative (ISCI) a décidé de rejoindre la délégation internationale au procès d’Ali Aarrass à Rabat (Maroc). ISCI website cliquez ici

Het International State Crime Initiative (ISCI) besloot de internationale delegatie op het proces van Ali Aarrass in Rabat te vervoegen. ISCI website klik hier

The Interational State Crime Initiative (ISCI) decided to join the international delegation at the audience of the Ali Aarrass’ trial in Rabat. ISCI website click here

 Editorial Board

   Editors in Chief

Prof Penny Green (Kings College London)

Dr Tony Ward (University of Hull)

Dr Kristian Lasslett (University of Ulster)

  Board

Dr Michael Grewcock (University New South Wales)

Dr Vincenzo Bollettino (Harvard University)

 

Prof Scott Poynting (Manchester Metropolitan University)

Prof Jude McCulloch (Monash University)

Prof Sharon Pickering (Monash University)

Dr Elizabeth Stanley (Victoria University)

Prof Bill Rolston (University of Ulster)

Prof Frank Pearce (Queen’s University)

Prof Ron Kramer (Western Michigan University)

Prof Ray Michalowski (Northern Arizona University)

Prof Martha Huggins (Tulane University)

Dr Hazel Cameron (University of St Andrews)

Prof Jennifer Leaning (Harvard University)

Dr David Whyte (University of Liverpool)

Prof Jennifer Schirmer (University of Oslo)

Prof David Kauzlarich (Southern Illinois University)

Thomas MacManus (Kings College London)

Dr Cathy Gormley Heenan (University of Ulster)

Contact us

International State Crime Initiative
c/o Penny Green

The Dickson Poon School of Law
Somerset House East Wing, King’s College London
Strand, London WC2R 2LS, United Kingdom

 

Le 24 septembre : tous au Maroc pour Ali Aarrass on Facebook

https://www.facebook.com/events/345854908826111

 

L’enjeu de l’audience du 24 septembre 2012

http://www.freeali.eu/2012/07/03/1555-jours-de-detention-ou-en-est-on-dans-laffaire-ali-aarrass/

 

24 septembre : ils y seront, zij zullen er zijn, they’ll be there

dans ARCHIVES par

Ils feront partie de la délégation internationale au procès d’Ali Aarrass à Rabat (Maroc).

Zij vervoegen de internationale delegatie op het proces van Ali Aarrass in Rabat.

They join the international delegation at the audience of the Ali Aarrass’ trial in Rabat.

 

 

Marc Nève.

 

Avocat.

Ancien Président d’avocats sans frontières

Membre du Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants — CPT — (Conseil de l’Europe)

Ancien membre du Conseil de l’Ordre des avocats du Barreau de Liège

Ancien président de la commission prisons de la ligue des droits de l’homme;

Membre du conseil d’administration du syndicat des avocats pour la démocratie

 

 

Mohamed Ouachen

 

Artiste engagé et non enragé.

Mohamed Ouachen, qu’on appelle d’ailleurs aussi cacahouette, a fait ses preuves sur les planches théâtrales. Surtout avec ses One Man Show à succes. «Je ne suis pas là pour foutre la merde», «Boumkoeur» de Rachid Djaïdani, «Flashback, la fabuleuse histoire de la danse hip hop.», «Djurdjurassique Bled» de Mohammed Fellag,…

Il a fait durant plus de 3 ans de la télévision avec «Coup de pouce» dans une émission socioculturelle, un emballage personnalisé.

Il a écrit et réalisé un petit nombre de film documentaire, reportage et fiction «Saïd», «L’envers du hip hop», «Du tag au graphe», «Routine», «Rencontre d’un ancien détenu de Tazmamart», «Game Over», Battle, ..

 

 

Le 24 septembre : tous au Maroc pour Ali Aarrass on Facebook

https://www.facebook.com/events/345854908826111

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’enjeu de l’audience du 24 septembre 2012

http://www.freeali.eu/2012/07/03/1555-jours-de-detention-ou-en-est-on-dans-laffaire-ali-aarrass/

A toi Ali… nous ne t’oublions pas!

dans ARCHIVES par

CHER ALI,


IL Y A QUELQUES ANNÉES DÉJÀ, LA JUSTICE ESPAGNOLE A DÉCLARÉ QU’ELLE N’AVAIT RIEN CONTRE TOI.


ELLE T’AVAIT ARRÊTÉ À LA DEMANDE DU MAROC, MAIS APRÈS EXAMEN MINUTIEUX DE TON CAS, ELLE A DÉCLARÉ QUE TON DOSSIER ÉTAIT VIDE ET QU’ELLE NE POUVAIT MÊME PAS TE FAIRE UN PROCÈS.


POURTANT, AUJOURD’HUI CELA FERA 1597 JOURS, SANS INTERRUPTION, QUE TU ES EN DÉTENTION.


CE QUE L’ESPAGNE NE POUVAIT PAS, LE MAROC LE POUVAIT : TON PROCÈS ANTITERRORISTE A EU LIEU À RABAT ET IL N’EST MÊME PAS ENCORE TERMINÉ. TU ES TELLEMENT DANGEREUX, QU’À LA DERNIÈRE AUDIENCE, ILS N’ONT PAS VOULU ACCEPTER LA DEMANDE DES AVOCATS DE TE LAISSER EN LIBERTÉ CONDITIONNELLE EN ATTENDANT LA PROCHAINE AUDIENCE DE CE PROCÈS.


1597 JOURS : C’EST GRÂCE À CE COMPTEUR, QUE NICOLAS A INSTALLÉ SUR LE SITE FREE ALI, QU’ON NE T’OUBLIE PAS ET QU’ON A UNE PENSÉE POUR TOI, CHAQUE JOUR.


AUJOURD’HUI, CELA FERA LE QUATRIÈME RAMADAN QUE TU PASSES SEUL, EN DÉTENTION, ET SEULEMENT DIEU SAIT COMBIEN C’EST DUR POUR LES DÉTENUS.


C’EST TA SŒUR FARIDA, ELLE, QUI AVEC SES AMIES A ORGANISÉ TOUS LES DEUX JOURS DE CE RAMADAN UN IFTAR POUR QUELQUES CENTAINES DE DÉMUNIS, QUI A ORGANISÉ UN IFTAR POUR TOI ET AU PROFIT DE LA CAMPAGNE FREE ALI.


QUI ONT RENDU POSSIBLE CETTE SOIRÉE MAGNIFIQUE.


C’EST GRÂCE À EUX QUE NOUS SOMMES ICI RÉUNIS POUR TOI POUR LA RUPTURE DU JEÛNE DANS CES DERNIERS JOURS DU MOIS DU RAMADAN.



TU NOUS L’AS DIT PLUSIEURS FOIS : JE VOUS REMERCIE, C’EST GRÂCE À VOUS À BRUXELLES, À MELLILA, À LONDRES QUE JE TIENS BON ET QUE JE N’ABANDONNE PAS.


OUI, ALI, C’EST VRAI : C’EST GRÂCE À TOUS CEUX ET CELLES AUTOUR DE CES TABLES QUE TON AFFAIRE EST CONNU À BRUXELLES, EN BELGIQUE ET AU NIVEAU EUROPÉEN. CHACUN DE CEUX ICI PRÉSENTS ONT D’UNE MANIÈRE OU D’UNE AUTRE AIDÉ À BRISER CE SILENCE QUI TUE, À TE FAIRE SORTIR DE L’OMBRE ET DU NOIR DE TA CELLULE, ET TOUS ENSEMBLE ILS ONT AINSI SU CRÉER UNE PROTECTION AUTOUR DE TOI.



MAIS NOUS AUSSI, CE SOIR, NOUS TENONS À TE REMERCIER.


PARCE QUE C’EST GRÂCE À TOI QU’ON SE TROUVE ICI RÉUNI.


C’EST GRÂCE À TOI QUE BEAUCOUP D’ENTRE NOUS SE SONT RENCONTRÉS ET SE SONT MIS ENSEMBLE DANS UNE CAMPAGNE QUI EN S’ARRÊTERA PAS AVANT QUE TU SOIS LIBÉRÉ.



TU NOUS A APPRIS QU’IL FAUT S’OCCUPER DU SORT DES PRISONNIERS.


GRÂCE À TOI, LA PEUR A ÉTÉ BRISÉ.


D’AUTRES FAMILLES DE DÉTENUS ONT COMMENCÉ À PARLER. NOUS AVONS COMMENCÉ À NOUS INTÉRESSER À CE QUE CELA VEUT DIRE L’ENFERMEMENT, LA SOUFFRANCE DES FAMILLES DES DÉTENUS. ET TOUT CELA NOUS A RENDU PLUS HUMAIN.



A TRAVERS TOI,


NOUS AVONS COMPRIS QUE LA LUTTE ANTITERRORISTE N’EST QU’UN SLOGAN, QUI N’A PAS BESOIN DE PREUVES NI DE FAITS MATÉRIELS, LES INTENTIONS SUFFISENT, LES DÉNONCIATIONS OBTENUES SOUS LA TORTURE SUFFISENT, ET QUI SERT À PROTÉGER LES INTÉRÊTS DES PUISSANTS ET DE LEURS BOURREAUX.


UNE MANIÈRE D’INSTALLER UNE PEUR PERMANENTE AU SEIN DE NOS POPULATIONS EN BELGIQUE, EN ESPAGNE, AU MAROC, QU’ON PEUT UTILISER PARTOUT ET N’IMPORTE COMMENT, POUR QU’ON NE RÉFLÉCHISSE PLUS DE MANIÈRE RATIONNELLE, POUR QU’ON ACCEPTE TOUT. MÊME LA TORTURE.


A TRAVERS TOI, ON A COMPRIS QUE LE MOT « TERRORISME » EST VIDE DE SENS, TANT QU’ON N’Y INCLUT PAS LA VIOLENCE DE BUSH OU DE BLAIR. A TRAVERS TOI NOUS AVONS COMPRIS QUE LE MOT « TERRORISME » EST DEVENU UN BLANCO CHÈQUE POUR TRAITER LES « TERRORISTES » CAPTURÉS COMME DES COBAYES HUMAINS DANS LES LABORATOIRES DE LA RÉPRESSION.


NOUS AVONS CE SOIR


UNE PENSÉE PARTICULIÈRE POUR LE BELGE OUSSAMA ATAR, DÉTENU DEPUIS 10 ANS EN IRAK ;


UNE PENSÉE POUR LE BELGE ABDELKADER BELLIRAJ, DÉTENU DEPUIS QUATRE ANS AU MAROC ET CONDAMNÉ À PERPÉTUITÉ;


UNE PENSÉE POUR LE BELGE HICHAM BOUHALI ZRIOUIL, DÉTENU AU MAROC DEPUIS OCTOBRE 2011 APRÈS AVOIR ÉTÉ ILLÉGALEMENT EXTRADÉ PAR LA SYRIE AU MAROC, PAYS QU’IL N’A JAMAIS CONNU ET QUI L’A CONDAMNÉ À 20 ANS DE PRISON;


UNE PENSÉE POUR MALIKA AL AROUD, PRISONNIÈRE DANS LA PRISON DE BERKENDAEL;


UNE PENSÉE POUR LE TUNISIEN NIZAR TRABELSI, PRISONNIER À LA PRISON DE HASSELT, QUI A FAIT FOND DE PEINE DEPUIS UN AN, MAIS QUI RESTE EN PRISON EN ATTENDANT SON EXTRADITION VERS LES ÉTATS UNIS ;


UNE PENSÉE POUR LES 168 DÉTENUS TOUJOURS PRISONNIERS À GUANTÁNAMO.



ALI,


À PARTIR DE TA CELLULE, TU NOUS A APPRIS D’ÊTRE TENACE ET COMBIEN DE FOIS TU NOUS A JURÉ DE NE PAS LÂCHER. TU NOUS A APPRIS DE TRAVAILLER EN UNITÉ. TU AS INSISTÉ QU’IL FAUT S’ÉLARGIR, QU’IL FAUT SORTIR DE NOS CERCLES CONNUS, QU’IL FAUT UN SEUL FRONT UNI DE MUSULMANS ET DE NON-MUSULMANS POUR BRISER ENSEMBLE LES INJUSTICES DANS CE MONDE.


IL Y A QUELQUES MOIS, JE T’AVAIS PROPOSÉ D’ÊTRE NOTRE TÊTE DE LISTE À MOLENBEEK, TA FEMME M’AVAIT DIT QUE TU AS FAIT UN GRAND SOURIRE ET QUE TU ÉTAIS ENTHOUSIASTE À L’IDÉE. MAIS QUE C’ÉTAIT IMPOSSIBLE À RÉALISER VU QUE TU ES EN DÉTENTION SI LOIN DE NOUS. LA DERNIÈRE FOIS QU’ON S’EST VU, TU AVAIS COMPRIS QU’IL NE FALLAIT PAS LAISSER PASSER L’OCCASION DES ÉLECTIONS COMMUNALES : TU PORTAIS LE T-SHIRT EGALITÉ. ET TU NOUS ÉCRIVAIT QUE TU SOUTENAIS LA CAMPAGNE POUR QUE TA SŒUR FARIDA PUISSE TE REPRÉSENTER DANS LE CONSEIL COMMUNAL À MOLENBEEK, LA COMMUNE OÙ IL Y A TELLEMENT DE GENS QUI SE SOUVIENNENT DE TOI ET DE TA GÉNÉROSITÉ.


ALI,


NOUS FERONS TOUT POUR QUE CE RAMADAN SOIT LE DERNIER QUE TU VIS SEUL, TOUT POUR QUE L’ANNÉE PROCHAINE TU SOIS PARMI NOUS ICI ASSIS À UNE TABLE AVEC TA FAMILLE ET AVEC NOUS TES AMIS.


TU SAIS, ALI, CES DERNIÈRES SEMAINES ON A BEAUCOUP PARLÉ DES ENFANTS DISPARUS ET ASSASSINÉS PENDANT LES ANNÉES NONANTE EN BELGIQUE. TOI, QUI AIME TELLEMENT LES ENFANTS, TU DOIS TE SOUVENIR DE ÇA, TU ÉTAIS ENCORE À BRUXELLES. NOUS AIMERIONS FINIR AVEC UNE PARTIE D’UN POÈME QUE LA MAMAN D’ELISABETH BRICHET A LU LORS DES FUNÉRAILLES DE SA FILLE ENLEVÉE ET ASSASSINÉE. C’EST UN POÈME UNIVERSEL DES INDIENS NAVAJO, UN POÈME POUR GUÉRIR, POUR POUVOIR SE REMETTRE DEBOUT APRÈS LE TRAUMATISME VÉCU. NOUS LE DÉDIONS À TOUS LES ENFANTS. A TOUS LES PARENTS.


NOUS LE DÉDIONS À TOI EN PARTICULIER, À TA FEMME ET À TON ENFANT.


C’EST UN POÈME QUI EXPRIME NOTRE ESPOIR, NOTRE CONVICTION, NOTRE FERMETÉ.


L’ESPOIR DE TE RAMENER PARMI NOUS APRÈS TANT D’ANNÉES D’ENFERMEMENT ET DE SOUFFRANCES.



POUR ALI


AVEC JOIE, LES ENFANTS TE REGARDERONT


AVEC JOIE, LES AÎNÉS TE REGARDERONT


AVEC JOIE, DISPERSÉS DANS DIFFÉRENTES DIRECTIONS, ILS TE REGARDERONT


AVEC JOIE, COMME ILS S’APPROCHERONT DE LEURS MAISONS, ILS TE REGARDERONT


AVEC JOIE, PUISSENT-ILS TOUS RENTRER.



AVEC JOIE, JE ME RÉTABLIS


AVEC JOIE, MON INTÉRIEUR S’APAISE


AVEC JOIE, MES MEMBRES RETROUVENT LEUR FORCE


AVEC JOIE, MA TÊTE DEVIENT CALME


AVEC JOIE, J’ENTENDS À NOUVEAU



AVEC JOIE, JE MARCHE


INSENSIBLE À LA DOULEUR, JE MARCHE


LA LUMIÈRE EN MOI, JE MARCHE


SENTANT LA VIE, JE MARCHE.



DANS LA BEAUTÉ, JE MARCHE


AVEC LA BEAUTÉ DEVANT MOI, JE MARCHE


AVEC LA BEAUTÉ DERRIÈRE MOI, JE MARCHE


AVEC LA BEAUTÉ AU-DESSUS DE MOI, JE MARCHE


AVEC LA BEAUTÉ AU-DESSOUS DE MOI, JE MARCHE


AVEC LA BEAUTÉ TOUT AUTOUR DE MOI, JE MARCHE



FREE ALI AARRASS.

Vivre avec Ali : rencontre avec Yassine

dans ARCHIVES par

La première fois que j’ai rencontré Ali, je m’en souviens très bien , c’était lors d’un mariage, je n’étais pas très à mon aise car étant fraichement converti je n’avais pas encore l’habitude de me retrouver au milieu d’une cérémonie musulmane. J’étais assis dans mon coin ne connaissant encore personne de présent et là, après un moment un homme s’approche de moi et me dis  » As-Salam alaikoum » je répond à la salutation et il s’assis à mes côté. « Je m’appele Ali et toi ? »« Je m’appele Yassine » – « Tu es belge? »« Oui, je suis converti » – « Al Hamdoulillah » me dit-il avec un sourire. – « Et toi, tu es de quelle origine ? » (je lui demandais cela car avec ses yeux je n’étais pas sur qu’il soit arabe) – « Marocain! » me dit-il fièrement et sérieusement.

Il m’a félicité de ma conversion et toute la soirée nous avons discuté et partagé nos expériences par rapport à la religion. Il m’avait vraiment mis à l’aise et j’ai passé une très belle soirée fraternelle et enrichissante.

Il a été le premier à me dire cette phrase : « Nous sommes tous des convertis du manière ou d’une autre »

A l’époque, il n’y avait pas de GSM et la proximité dans les nouvelles relations était relative, je ne l’ai pas revu pendant un certain temps, jusqu’à ce qu’une librairie musulmane ouvre ses portes rue Marie-Christine à Laeken. (pour l’anecdote, l’endroit était un ancien magazin de laine appartenant à une dame juive)

L’on m’avait parlé de cette librairie, je décida donc de m’y rendre et de voir si il y avait des livres interessants. Marchant de loin, je vois une enseigne «LIS» (Iqra en arabe). Je regarde un peu la devanture et qui vois-je derrière le comptoir ?! Mon frère Ali !!

J’étais heureux de le revoir, en plus dans un cadre propice au savoir et à la religion…que demander de plus? On s’est salué en se faisant l’accolade, macha’Allah…je ne conaissait pas bien ce frère mais quelque chose en lui me donnait envie de le cotoyer. Il est la fois sérieux mais pas trop, à la fois souriant mais pas trop, un juste milieu al hamdoulillah.(al mizane )

Il me demande comment je vais et je lui dis que je vais me marier incha’Allah, il me félicite et me propose plusieurs livres qu’il vient de recevoir et qui traitent du mariage islamique…Un livre en particulier, «le mariage Islamique bien-heureux».

Je le remercie pour ses conseils tout en lui disant que c’est la fin du mois et que je n’ai pas d’argent disponible pour acheter tout ça et que je reviendrai début du mois prochain. A ce monet-là, sans réfléchir, Ali me dit « Prends-les !!, tu paieras après et si tu n’as pas après ce n’est pas grave !! » J’étais gèné, mais il a insisté.

Je me suis marié al Hamdoulillah et là encore quand il a fallut compiler les cassettes de mariage c’est lui qui s’en est occupé. Il s’occupa de la conversion des films super 8 en VHS et à l’époque si j’avais fait faire ça chez un professionnel…j’aurai déboursé pas mal d’argent, lui l’a fait fi sabil lillah.

Quelques mois après m’ètre marié l’armée m’a appelé…J’ai donc effecué mon instruction d’un mois en Ardenne puis, j’ai été incorporé au Quartier Reine Elisabeth et là, surprise qui je rencontre en uniforme kaki au coin d’un char exposé à la croisé des chemins ?  Mon frère Ali, militaire lui aussi…l’uniforme nous alais bien à tout les 2 avec nos barbes fines bien taillées 🙂 Il était un peu déçu car son désir était d’incorporer les paras commandos ou les chasseur Ardennais car selon ses propres termes « les autres incorporations sont des pertes de temps » il n’avait pas tort, mais c’était le maktoub. On se croisait, on faisait le salut militaire, c’était macha’Allah et je dois dire qu’Ali a fait avec d’autres que cette parenthèse militaire qui au début devait ètre un fardeau est devenu un bon moment de ma vie.

Comme je le disait plus haut, à l’époque pas de GSM, nous sommes en 93/94, pas de facebook et internet est au début de sa libéralisation….on s’est perdu de vue, moi j’ai eu mes premiers enfants, etc…

Quoi qu’il en soit, je témoigne ici bas et je témoignerai dans l’au-delà que je n’ai vu que du bien de cet homme, ce frère musulman à chaque fois qu’il a croisé mon chemin.

Puisse Allah notre créateur le libèrer de ses geôliers injustes et iniques et qu’à chaque désagrément infligé part l’inhumain un bienfait du Paradis lui soit préparé, Amine.

 

Yassine H. un frère musulman parmi tant d’autres.

 

FTOR pour Ali Aarrass

dans ARCHIVES par

Mercredi 15 août 2012

Salle SoussiaEvent

rue St. Denis 276

Forest.

 

http://www.facebook.com/events/141235302683387/permalink/141334932673424/

 

http://www.soussiaevent.be/

Dans ce mois de Ramadan, au coucher du soleil, toute la famille se réunit autour de la table garnie.

Nous invitons tous les ami(e) d’Ali Aarrass, musulmans et non-musulmans, croyants et non-croyants, à partager ce moment avec nous.

Ce prochain mercredi 15 août, un FTOR payant sera organisé pour pouvoir honorer les frais de justice de la campagne Free Ali.

Nous avons une dette envers les avocats de 2000€ mais devons aussi renflouer la petite caisse de la campagne freeali, afin de pouvoir payer les prochains frais de voyage et de séjour aux avocats d’Ali.

 

Le menu se présentera comme suit :

 

La traditionnelle harira marocaine.

Des douceurs.

Un plat chaud.

Boissons à volonté.

 

PAF : 15 €/ personne.

 

Pour toute réservation, veuillez svp envoyer un mail à cette adresse : fa789456@hotmail.com

 

Places limitées.

 

Pour toute info vous pouvez appeler au 0486/703 215

 

D’avance merci,

 

Pour la campagne Free Ali,

Farida Aarrass

 

 

 

 

 

 

( A CEUX QUI NE SAVENT PAS PARTICIPER.

Vous pouvez aider, toutes les sommes, même petites seront les bienvenues.

 

Un transfert bancaire peut se faire à :

BIC GEBABEBB / IBAN BE 91 0012 3441 0276

 

Merci pour votre générosité.

Farida Arrass viens de payer 5495 € de frais d’avocats ( 3 avocats) et il manque pour honorer les frais de justice 2000 € et aussi de quoi payer les prochains frais de voyage et de séjour des avocats d’Ali…Bref ce n’est pas prêt de finir et les 2000 € qu’elle cherche aujourd’hui ne sont que le minimum du minimum.

 

A bon entendeur, encore une fois : Merci pour votre générosité,

Nordine Saidi )

Bert Anciaux (SP.a) interpelle le ministre sur Ali Aarrass

dans ARCHIVES par

Nous publions une question parlementaire de Bert Anciaux, sur le sort d’Ali Aarrass et l’attitude de la Belgique, qui date d’il y a un an. Depuis, plus de nouvelles de la part de ceux qui nous gouvernent.

En août 2012, deux mois avant les élections communales où les politiciens de tout bord sollicitent les voix des belgo-marocains à Bruxelles, il y a toujours silence radio sur les dossiers des Belgo-Marocains détenus au Maroc de la part de ces mêmes politiciens.

L’interpellation de Bert Anciaux (SP.a) est toujours d’actualité : « est-ce que la Belgique est au courant d’eventuelles tortures de notre compatriote Ali Aarrass ? Est-ce que la Belgique est intervenue auprès de l’Espagne pour qu’elle n’extrade pas un citoyen belge ? Il s’agit d’un Belgo-Marocain, mais cela ne signifie pas que les règles qui valent pour tous les Belges ne sont pas d’application…« 

La réponse de Vanackere (CD&V/CDH), froide comme marbre, lue par Olivier Chastel (MR), est toujours la même : »on n’est pas au courant de tortures au Maroc; vous devez vous adresser au ministre de la justice concernant les extraditions« . Vanackere n’a pas répèté ce qu’il avait dit et écrit quelques mois auparavant : « Je n’entreprendrai pas de démarche qui pourrait être interprétée par mon collègue espagnol comme une ingérence dans des affaires internes et surtout comme un manque de confiance dans le système judiciaire espagnol. Pour ce qui concerne votre question relative à une visite du consul, l’assistance aux Belges détenus à l’étranger ne prévoit pas l’organisation de visites consulaires dans les pays de l’Union européenne. ». Ou encore en réponse à une lettre de Farida Aarrass : « je vous confirme que la position en matière d’aide consulaire aux bipatrides est de ne pas intervenir auprès des autorités locales du pays de leur autre nationalité… Comme Ali Aarrass est considéré comme de nationalité marocaine par les autorités marocaines, nos services ne les contacteront donc pas pour votre frère ».

Quant à la réponse du ministre de la justice Stefaan de Clerck (CD&V/CDH), nous l’avions reçu 50 jours après notre demande d’une réaction de sa part. La réponse était la suivante :« J’ai le regret de vous communiquer que d’après mes informations l’extradition a déjà eu lieu. » Point barre.

J’invite tous les ami(e)s d’Ali Aarrass à interpeller tous les candidats de tous les partis politiques aux élections communales 2012 sur l’affaire Ali Aarrass et sur leur engagement le concernant. Je vous invite à nous rejoindre à Rabat pour la prochaine audience du procès d’Ali en appel le 24 septembre et à soutenir la campagne financièrement,

Pour la Campagne Free Ali,

Luk Vervaet

Commission des Relations extérieures et de la Défense
Annales

MARDI 7 JUIN 2011 – SÉANCE DE L’APRÈS-MIDI
(Suite)

Demande d’explications de M. Bert Anciaux au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et des Réformes institutionnelles sur «des éventuelles tortures infligées à des compatriotes dans une prison étrangère» (nº 5-639)

M. le président. – M. Olivier Chastel, ministre de la Coopération au développement, chargé des Affaires européennes, répondra.

De heer Bert Anciaux (sp.a). – Onlangs werd Ali Aarrass, een Belg van Marokkaanse afkomst, door Spanje uitgeleverd aan Marokko op verdenking van lidmaatschap of medewerking aan een terreurnetwerk rond Abdelkader Belliraj. De heer Aarrass woonde 28 jaar in ons land en vervulde zijn legerdienst in het Belgische leger.

Uit getuigenissen van zijn advocaten blijkt dat deze landgenoot in de Marokkaanse gevangenis slachtoffer is van foltering, onder meer door injectie met chemische producten en elektrische schokken in de genitaliën.

Hoe evalueert de minister het bericht dat een landgenoot in een Marokkaanse gevangenis zou worden gefolterd? Heeft ons land maatregelen genomen om deze landgenoot bij te staan? Zo ja, welke en wanneer, door wie en met welke gevolgen? Zo neen, hoe verklaart de minister de Belgische inertie?

Heeft de minister de Marokkaanse ambassadeur al ondervraagd over deze berichten? Zo ja, wanneer en met welk resultaat? Zo neen, waarom niet? Plant de minister alsnog een bevraging?

Ik heb ook een vraag van algemene aard. België verzet zich tegen de uitlevering van landgenoten. Heeft België er bij Spanje op aangedrongen onze landgenoot niet aan Marokko uit te leveren? Ik ben me bewust dat dit niet eenvoudig is, aangezien de bewuste persoon tevens een Marokkaans onderdaan is. Onze wetgeving bepaalt evenwel niet dat bij dubbele nationaliteit wordt afgeweken van de regels die gelden voor personen met de Belgische nationaliteit. Vandaar mijn vraag of België initiatieven heeft genomen om zich te verzetten tegen de uitlevering van een Belg door Spanje.

De heer Olivier Chastel, minister van Ontwikkelingssamenwerking, belast met Europese Zaken. – Ik lees het antwoord van de minister.

Zoals reeds eerder werd meegedeeld, is uit de dossiers die mijn diensten behandelen tot nu toe niet gebleken dat Belgische gevangenen in Marokko of andere buitenlandse gevangenissen gefolterd zouden zijn.

Wat het rapport van Amnesty International betreft, wijs ik erop dat het Europees Hof voor de Rechten van de Mens de uitlevering naar Marokko niet altijd tegenhoudt, ook al wordt een risico op foltering ingeroepen.

Voor de vragen over uitleveringen vanuit België of andere EU-landen verwijs ik naar mijn collega van Justitie. Uitleveringen vallen onder zijn bevoegdheid.

De heer Bert Anciaux (sp.a). – Uitleveringen vallen inderdaad onder Justitie. Ik zal dan ook de minister van Justitie daarover ondervragen.

Ik noteer dat er geen gegevens bekend zijn over folteringen. Ik verwacht echter van de minister dat hij deze materie kritisch volgt, dat hij er niet zomaar van uitgaat dat derde landen ons spontaan zullen informeren en dat hij dus actief onderzoek doet naar folteringen.

http://www.senate.be/www/?MIval=/Registers/ViewReg&COLL=C&PUID=83887481&TID=83888957&POS=1&LANG=fr

Extrait du rapport de l’IRR (Institute of Race Relations) sur Ali Aarrass

dans ARCHIVES par

Human Rights Monitoring

The treatment of Muslim terror suspects within alternative structures that legitimise human rights abuses is central to our concerns, as is the growing use of secret evidence. One European case we been involved in is that of Ali Aarrass, who received a 15-year sentence on terrorism charges after being extradited to Morocco from Spain despite an instructionfrom the UN Human Rights Committee to stay hisextradition. We have worked to assist the LondonCommittee to Support the Friends and Family of Ali Aarrass in galvanising the support of the human rights community in this country. Ali’s case raises vital principles for the security of European citizens with dual nationality. Despite his Belgian citizenship(he is a dual Belgian-Moroccan national), MPs and people of influence in Belgium were slow to take up the case, and there is a real sense that Belgian-Moroccan citizens, including parliamentarians, may fear that, by so doing, members of their own families in Morocco could be penalised. This is why it was important that Jeremy Corbyn MP tabled Early DayMotion 2552 calling on the British government to follow the lead of the Bar Human Rights Committee and make representations to the Moroccan government.The EDM, supported by 18 MPs, enjoyed cross-party support. This seems to have encouraged MPs in Belgium to present a similar motion to their parliament, which was subsequently supported by 16 parlimanetarians. IRR vice-chair Frances Webber attended a preliminary hearing of Ali’s appeal against conviction in the Rabat-Salé appeal court on 7 May, and weare assisting the London Committee in its attempts to send a bigger delegation to Rabat on 24 September.

newsletter IRR

Jeremy Corbyn on Ali Aarrass

AMDH – Rapport des violations des droits de l’homme au Maroc pour les six premiers mois de 2011

dans ARCHIVES par

Les plus importantes affaires caractérisant la situation des droits humains sont :

En plus des violations suivies ordinairement par l’AMDH, cette période est caractérisée par :

 

  • 1 – les violations en rapport avec l’action populaire créée par le Mouvement du 20 février et la répression atroce et la violence exercée à son encontre ont porté atteinte au droit à la vie. L’AMDH a publié un rapport spécial relatif à ce sujet.
  • 2 – les violations relatives à l’annonce du projet de la Constitution amendée et les violations qu’ont connues la campagne référendaire et le référendum. L’AMDH a publié deux rapports préliminaires les concernant.

Quant aux violations des droits humains suivies par l’AMDH durant cette période, elles sont comme suit :

Les droits civils et politiques

La poursuite des enlèvements, l’AMDH a suivi 4 nouveaux cas :

  • Le poursuite de la détention de politique avec en tête des cas suivis par l’AMDH : l’arrestation et le procès de l’activiste droits-humaniste Seddik Kabbouri, Président de la section de l’AMDH à Bouarfa, le syndicaliste El Mahjoub Channou, 10 autres jeunes de Bouarfa, les détenus du Mouvement du 20 février dans différentes villes, les militants de l’UNEM, les 15 détenus à la prison de Khouribga depuis la mi-mai 2011, et la poursuite du procès en appel des responsables d’Al-Adl wa-l-Ihsane à Fès;
  • La violation de la liberté de la presse, et notamment la détention et le procès inéquitable du journaliste Rachid Nini et la poursuite du journaliste Mustapha Alaoui dans un procès où les conditions d’un procès équitable ne sont pas réunies. L’AMDH a enregistré la prévalence de l’État sur les médias publics qu’il exploite pour sa propagande politique en l’absence de l’éthique professionnelle et de l’obligation d’impartialité de l’État ;
  • La détérioration de la situation des prisonniers, l’approche sécuritaire qui est toujours de mise dans les prisons et l’observation par les détenus de nombreuses grèves de la faim et particulièrement par les prisonniers de la dite-Salafiyya Jihadiyya, et l’application de la politique de punition collective contre les prisonniers surtout après les événements de la prison de Salé les 16 et 17 mai;
  • L’appareil judiciaire est encore utilisé par les appareils exécutifs pour qu’il prononce à leur guise des peines abusives dans des procès où les normes du procès équitable sont inexistantes.
  • La promotion de la culture des droits humains : Il est à noter que quatre ans après l’annonce de la plateforme citoyenne sur les droits humains, son contenu n’est encore ni opérationnalisé ni exécuté. C’est ce style qu’adopte l’État vis-à-vis de nombreux programmes et projets ayant trait à l’évolution de la situation des droits humains.


 

En matière des droits économiques, sociaux et culturels

  • Le caractère positif des rapports d’audits élaborés par certains organismes chargés de contrôler les finances publiques et les institutions étatiques et l’importance de l’ouverture d’enquête pour certains d’entre eux ce qui exige la mise en application de la justice pour tous les dossiers de dilapidation des deniers publics tout en respectant les conditions et les normes du procès équitable et non pas la répétition de l’expérience de dossiers antérieurs où ce ne sont que les exécutants des ordres qui sont poursuivis alors que les responsables influents ne répondent nullement de leurs actes.
  • La violation du droit au logement pour de nombreux citoyens en raison de l’évacuation forcée des logements sans proposer d’alternatives acceptables aux propriétaires.
  • Le suivi de la situation des libertés syndicales et des droits des travailleurs en général à travers la poursuite des violations continues du Code du travail et des licenciements illégaux des salariés et l’usage de la violence contre les luttes syndicales.
  • La violation continue du droit au travail des différentes catégories de diplômés chômeurs et la propagation du phénomène de l’auto-immolation.
  • Les revendications de nombreuses catégories sociales sont continuellement ignorées par les responsables ce qui engendre de nombreuses grèves pendant que l’État ne veut nullement tenir ses promesses ni honorer les accords signés avec les syndicats. Il est à noter que l’État n’a toujours pas exécuté les clauses de l’accord du dialogue social du 26 avril dernier.
  • La violation du droit aux soins à cause de la suppression de la gratuité des soins dans les hôpitaux publics et l’absence de couverture médicale pour la majorité écrasante des citoyens et nous citons comme exemple flagrant l’accouchement de la tante de Hassania Rmidi à Sidi Bennour dans un couloir de l’hôpital.

Les droits de la femme

Plusieurs dossiers sont adressés à l’AMDH concernant les droits de la femme et surtout les victimes de la violence, des dispositions du Code de la famille et des problèmes inhérents à son application.

Les droits de l’enfant

Est à noter particulièrement le danger de la violence à l’encontre des enfants et surtout la violence sexuelle et l’emploi avant l’âge légal.

Résultats des observations du référendum sur le projet de la Constitution amendée

  • Violation de la loi à l’annonce officielle du référendum.
  • Violation flagrante de l’obligation d’impartialité des autorités qui sont incontestablement impliquées à travers leurs agents et leurs responsables dans la campagne menée en faveur de la position appuyant le projet de la Constitution amendée et qui utilisent les lieux et les moyens publics à cette fin ce qui constitue une discrimination fondée sur l’opinion politique et une utilisation illégale des biens publics.
  • L’exploitation horrible de la religion dans la lutte politique de la part de l’État en utilisant les mosquées et les zaouias pour appuyer la position officielle vis-à-vis du projet de la Constitution amendée.
  • L’exploitation de la domination des médias publics par l’État pour leur absolue utilisation en faveur de la position officielle exception faite du quota alloué aux partis politiques et syndicats ayant adopté à leur tour les normes utilisées dans les élections législatives et qui ne devraient pas s’appliquer aux référendums.
  • La campagne en faveur du oui n’a pas cessé le long du jour du scrutin moyennant les taxis, les bus et divers autres moyens de transport en plus de la présence d’affiches et de tableaux portant les termes « oui à la Constitution » au sein même des bureaux de vote.

 

http://rapportamdh1trim2011.blogspot.be/

Horia l’épouse d’Ali raconte sa visite datant du vendredi 13 juillet

dans ARCHIVES par

Salam Farida,

Je te raconte un peu la visite qu’on a rendue à Ali.

Après le voyage fatiguant qui a duré 6 heures, sous une chaleur folle.

Nous avons, comme tu le sais, attendu une heure avant de pouvoir le voir. Le temps qu’on fouille toutes les affaires que nous lui avons ramené. Un peu de tout. Des denrées alimentaires qui puissent couvrir le mois de Ramadan. Car à mon avis il va être quasi impossible d’y retourner avant septembre tant la chaleur est devenue accablante au Maroc.

Apres une heure d’attente vers 12h, Fadma l’épouse de ton père, ton frère Hamza et moi même, avons enfin pu aller vers la salle de visite où Ali était en train de plaisanter avec un garde. Dès qu’il nous a vus, il nous a fait un énorme sourire si agréable à voir ! Le garde nous a salués et s’est retiré dans le couloir.

Ali nous a serrés très fort chacun de nous. Le peu de chaises qu’il y a dans cette salle étaient toutes occupées, mais voilà que le garde nous apporte la sienne. C’était plutôt surprenant comme réaction. Puis toujours ce même garde, patiente un peu et prévient un autre détenu et sa famille que leur temps de visite est terminé. Dès que cette famille a quitté la salle et que le détenu a suivi un garde pour retourner à sa cellule, le même garde fait signe à Ali qu’on s’installe tous autour d’une table afin qu’on soit plus à l’aise.

Pour une fois j’ai trouvé ce garde sympathique.

J’ai bien observé Ali. Je l’ai trouvé plus détendu et plus serein. Même les cernes qu’il avait autour des yeux ont disparues.

Il avait l’air si content de nous voir. Il demandait des nouvelles de tout le monde. Puis et surtout de ton père pour qui il s’inquiète beaucoup. Nous l’avons rassuré sur son état de santé. Il nous dit, vous savez que tant que tout le monde va bien moi je vais bien également.

Ils l’ont changé de cellule, il est tout seul maintenant. Il se retrouve dans l’aile où se trouvent les cas « soi-disant dangereux ! » En isolation. Isolé des autres détenus.

Dans la cour où il fait sa promenade, il y rencontre 7 autres détenus. Mais la promenade ne dure qu’une heure par jour. Ce module est beaucoup plus isolé que l’endroit où il était avant. Dans l’autre ils avaient droit à 3 h de promenade par jour. Une heure et demie en matinée et une autre heure et demie en soirée.

Ali me dit que ce couloir est réservé aux barbus. Je lui ai demandé pourquoi ils l’ont mis là et il m’a répondu qu’il avait demandé à ce qu’on le change de cellule et si possible seul. C’était parait il la seule cellule libre. Il y sera en entendant qu’on lui trouve une libre dans le couloir où il se trouvait avant. Il m’a aussi dit qu’il a appris qu’il y a eu une bagarre dans la cellule précédente, entre deux codétenus. Ils les ont séparés dans d’autres cellules, il ne reste dans cette cellule que trois.

Il dit qu’il est content d’avoir échappé à cette bagarre. Il nous a raconté que la cellule est plus petite mais que ça lui suffit amplement car il a la tranquillité. Il peut dormir sans être dérangé à chaque moment. Je me suis dit que c’est pour ca qu’il a l’air reposé.

Ali aime que tout sois propre et ordonné. Ce qui n’était pas possible avant alors qu’il partageait le même endroit avec d’autres détenus.

Je lui ai ramené de l’eau de javel et une brosse dure, qu’il m’avait demandée au téléphone. Je lui ai tout de même demandé ce qu’il comptait faire avec ça. Il a rit aux éclats et m’a répondu qu’il avait l’intention de bien désinfecter toute sa cellule. Toujours en riant aux éclats il nous dit : « Je suis devenu un bon homme de ménage ! » Nous avons tous rit en le voyant si bien.

Hamza ton jeune frère lui a dit, tu as de plus gros bras que moi. Ali lui a répondu qu’il fait des exercices dans sa cellule et qu’il profite aussi de son heure de promenade pour faire du sport et qu’il s’entraine tous les jours.

Moi je lui ai demandé, comment va ton moral. Il me regarde et me dit : « Sachant tout ce que vous faites pour moi à l’extérieur vous ma famille et toutes les autres personnes, me renforce le moral. Je prends les choses plus calmement. »

Il est vrai que cela se voit sur lui. Il m’a dit également de remercier tout le monde de sa part, qu’il t’embrasse très fort.

Quant arrive le moment de se quitter, on était très tristes de le laisser mais on était rassurés de le voir bien physiquement et moralement.

En sortant de là, je me suis dis qu’on ne doit surtout pas lâcher et que nous devons continuer le combat pour sa liberté.

Horia l’épouse d’Ali Aarrass

 

Aller à Top