Category archive

COMMUNIQUES DE PRESSE - page 4

« Maroc : L’ONU demande la libération immédiate d’Ali Aarrass », écrit par Alkarama Jeudi, 13 Février 2014

dans AVOCATS/COMMUNIQUES DE PRESSE/ORGANISATIONS POUR LES DROITS DE L'HOMME / FOR HUMAN RIGHTS/SANS CATEGORIES/TORTURE par

AlkaramaSaisi par Alkarama du cas d’Ali Aarrass, le Groupe de travail sur la détention arbitraire des
Nations Unies a confirmé le caractère arbitraire de sa privation de liberté et a appelé les
autorités marocaines à le libérer immédiatement.
A la suite de sa visite au Maroc en décembre 2013, le groupe d’experts avait déjà déclaré dans un communiqué de presse : « c’est sur la base d’aveux obtenus sous la torture que M. Ali Aarrass […] a été condamné en novembre 2011 à 15 ans de prison ferme », déclaration confirmée dans l’avis No. 25/2013 qu’il vient de rendre public.Aarrass Avis No. 25-2013 Maroc (Ali Aarrass) seul-page-001
Ali Aarrass avait été arrêté en 2008 à Melilla, en Espagne, pour suspicion de terrorisme avant d’être blanchi à la suite d’une enquête menée par la justice espagnole. L’Espagne l’a
néanmoins extradé vers le Marocen 2010 alors même que le Comité des droits de l’homme des Nations Unies, saisi par ses avocats, avait demandé expressément le 26 novembre 2010 à ce pays de ne pas le faire.
Ali Aarrass a donc été livré à la police marocaine le 14 décembre 2010 sans que sa famille, et ses avocats aient été informés.
Il a été détenu au secret et torturé pendant une dizaine de jours avant d’être présenté devant le parquet de la Cour d’appel de Salé et inculpé de « participation à un réseau terroriste et trafic d’armes ».
Renvoyé à plusieurs reprises, son procès s’est finalement tenu le 24 novembre 2011. Comme à son habitude dans des procès similaires, l’accusation n’a apporté aucun élément matériel ou un quelconque élément de preuve pour justifier ses poursuites sinon les procès verbaux de police signés sous la contrainte et rédigés en arabe, langue que l’accusé ne lit pas.
Le procès d’Ali Arrassa a été particulièrement expéditif. Les magistrats ont systématiquement refusé de prendre en compte les vices de procédures et les violations graves des droits de la défense de l’accusé qui a finalement été condamné à 15 années d’emprisonnement.
Sa peine a été ramenée en appel à 12 années d’emprisonnement le 1er octobre 2012, lors d’un second procès tout aussi expéditif.
A aucun moment, les juges d’Ali Aarrass n’ont tenu compte des allégations de tortures dont il leur a fait part, ni ordonné d’expertise médicale sérieuse pour en établir la réalité.
Il purge actuellement sa peine dans la prison de Salé 2 et fait régulièrement l’objet d’intimidation et de mauvais traitements de la part de l’administration pénitentiaire.
ONULe Groupe de travail onusien confirme dans son Avis qu’Ali Aarrass « a fait l’objet de tortures et de détention au secret pendant dix jours ; qu’il n’a pas eu l’assistance d’un avocat durant toute cette période ; que sa condamnation est fondée uniquement sur des procès verbaux obtenus sur la base de contrainte » et appelle le Maroc à le libérer immédiatement et à l’indemniser.
Les experts relèvent également l’absence de réponse à la communication qu’ils ont adressée
aux autorités marocaines malgré « la gravité des allégations » et regrettent « l’absence
d’expertise relative aux actes de tortures ».
Alkarama appelle les autorités du pays à mettre en œuvre cet Avis et à se conformer aux
nombreuses autres recommandations onusiennes qui invitent le Maroc à mettre un terme à la pratique de la détention arbitraire, qui constitue un passif en matière de droits de l’homme, notamment pour les centaines de personnes de personnes condamnées à la suite de procès inéquitables dans le cadre de la lutte anti-terroriste.
#FreeAliAarrass
Pour en savoir plus sur Ali Aarrass:  http://www.freeali.eu/ 

Aarrass Avis No. 25-2013 Maroc (Ali Aarrass) seul-page-002

Aarrass Avis No. 25-2013 Maroc (Ali Aarrass) seul-page-003Aarrass Avis No. 25-2013 Maroc (Ali Aarrass) seul-page-004Aarrass Avis No. 25-2013 Maroc (Ali Aarrass) seul-page-005

Ali Aarrass : cinq ans de combat pour une victoire historique !

dans AVOCATS/COMMUNIQUES DE PRESSE/SANS CATEGORIES par

Victory IICommuniqué de presse du CABINET D’AVOCATS JUS COGENS : Me Dounia ALAMAT (GSM: 32.470.57.59.25 ; da@juscogens.be) – Me Nicolas COHEN (GSM : 32.470.02.65.41 ; nc@juscogens.be) – Me Christophe MARCHAND (GSM: 32.486.32.22.88 ; cm@juscogens.be)

 6 février 2014

 Affaire Ali AARRASS : Le Tribunal de première instance de Bruxelles enjoint au Ministre des Affaires Etrangères d’assurer la protection consulaire à son ressortissant, torturé et détenu au Maroc

 Depuis son extradition illégale vers le Maroc[1], le 14 décembre 2010, Ali AARRASS, citoyen belge, clame qu’il a fait l’objet d’abominables tortures.

 Ces actes barbares ont été confirmés dans un courrier de décembre 2012, adressé par le Rapporteur spécial des Nations-Unies contre la torture au Ministre de la Justice marocain, et rendu public en mai 2013[2].

 Tout récemment encore, le Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies avait constaté que « c’est (…) sur la base d’aveux obtenus sous la torture que M. Ali Aarrass (…) a été condamné en novembre 2011 à 15 ans de prison ferme »[3].

 Depuis son incarcération au Maroc, Ali AARRASS sollicite que la Belgique lui prête secours et assistance, au travers de l’aide consulaire.

 Toutefois, le Ministre des Affaires Etrangères n’a jamais donné de suite favorable à sa demande. Ce 29 janvier 2014, interpellé par la Député Zoé GENOT, le Ministre des Affaires Etrangères a réaffirmé qu’il n’accorderait pas la protection consulaire à son ressortissant[4]. Concernant l’ « assistance humanitaire », il a expliqué qu’elle avait été exercée, sans expliquer les raisons pour lesquelles il estimait pouvoir clôturer son intervention vis-à-vis d’Ali AARRASS, toujours victime d’une peine et de traitements inhumains et dégradants.

 Suite aux refus répétés et injustifiés de lui venir en aide, Ali AARRASS a cité le Ministre des Affaires Etrangères en justice afin de le contraindre à lui apporter l’assistance consulaire.

Victory Dans un jugement historique et courageux de ce 3 février 2014, le Tribunal de première instance de Bruxelles, siégeant en référé, a fait droit à la demande d’Ali AARRASS. Le jugement expose :

 « La protection consulaire vise principalement à la protection des droits individuels à l’étranger. Elle doit être entendue comme un mécanisme visant à ce que les droits reconnus à un individu puissent être effectivement garantis (…)

La protection consulaire est donc de nature à contribuer au respect des droits fondamentaux, comme celui garanti à l’article 3 de la Convention européenne des Droits de l’homme (…)

 Un agent consulaire a le droit de communiquer avec son ressortissant mais ce droit peut se transformer en obligation, en vertu de l’article 1er de la Convention européenne des Droits de l’homme, si une violation à ladite Convention est alléguée et portée à la connaissance de cet Etat (…)

poster-declaration-droits-homme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Il n’est pas contestable que ces traitements [torture] ont des répercussions sur l’état de santé mental et physique de M. AARRASS qui nécessiterait un suivi médical, actuellement. Cette seule circonstance justifie l’intervention du tribunal des référés. L’urgence ne peut être déniée lorsqu’une situation, qui est le fait de la violation de règles fondamentales qui ont trait aux Droits de l’homme empire par l’effet du temps (…)

 L’article 4 de la Convention de la Haye du 12 avril 1930 (..) ne règle pas les droits des parties au litige puisque le Maroc n’a pas ratifié ladite Convention (…)

 Prima facie, il n’existe aucune règle de droit international qui contraint l’Etat belge à ne pas intervenir dans le cas d’un binational (…)

 Il n’est pas contesté que l’Etat belge a apporté une intervention consulaire/humanitaire à l’égard de doubles ressortissants dans l’autre Etat de leur nationalité, même si les circonstances de l’intervention de l’Etat sont différentes d’une affaire à une autre (…)

 PAR CES MOTIFS (…)

 Enjoignons à l’Etat belge d’apporter sa protection consulaire à M. Ali AARRASS »

Victoire C’est la première fois dans l’histoire judiciaire belge qu’un double national obtient d’un Tribunal l’ordre de protéger son ressortissant hors de la Belgique. Face au calvaire subi par Ali AARRASS, il était temps que soit rappelé au Ministre des Affaires Etrangères qu’au XXIème siècle, on ne transige pas avec les droits fondamentaux pour d’obscures raisons, même quand il s’agit de préserver de bonnes relations avec le Royaume Chérifien du Maroc.

 Le jugement de ce 3 février 2014 est exécutoire.

 La famille, les proches et la défense d’Ali AARRASS espèrent dès lors qu’une visite du Consul belge au Maroc sera rapidement effectuée et que la Belgique prendra enfin ses responsabilités dans cette triste affaire.

 [1] Extradition réalisée par l’Espagne en contrariété avec une injonction du Comité des droits de l’homme de l’ONU du 26 novembre 2010, compte tenu du risque de torture encouru.

 [2] Voir pièce jointe

 [3] « Déclaration lors de la conférence de presse du Groupe de travail sur la détention arbitraire à l’issue de sa visite au Maroc », 18 décembre 2013, http://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=14121&LangID=F (en annexe)

 [4] Chambre des représentants, Commission des Relations extérieures, Réunion du 29 janvier 2014, CRIV 53 – COM 0913

 

 

Latest news on Ali Aarrass (8 January 2014), by Frances Webber, Friends of Ali Aarrass London Support Committee

dans AVOCATS/COMMUNIQUES DE PRESSE/FRIENDS OF ALI AARRASS LONDON SUPPORT COMMITTEE/Lettres/Letters/Brieven par

consular-protectionSince the visit of the UN Working Group on Arbitrary Detention, which found that Ali’s conviction was based solely on torture evidence, Ali has suffered further reprisals, according to a press release from his lawyers in Belgium – in particular, he has been placed in solitary confinement, with no reasons given. He needs consular assistance. On 10 January, the Brussels first-instance court will hear an application by Ali’s lawyers for an order that the foreign ministry provides all necessary assistance and protection, taking into account all that he and his family have suffered.

 On 3 January, Ali wrote a letter from prison in which he spoke of ‘the necessity for a healthy society to put in place systems for proper reintegration of those who have through unfortunate circumstances become involved in crime or folly, and solidarity between different groups in society, because of the way prisoners become cut off from all sorts of activities. Initiatives for such reintegration into society, which are designed to stifle any criminal or anti-social impulses, must surely be welcomed, and anyone who has lived among prisoners understands the utility of encouraging any project which reduces their social isolation and allows them to participate in society, even from behind the prison walls.

 ‘No one could imagine the obstacles and difficulties which can be put in the way of such initiatives: On 29 August 2013, following my meeting with Jamila Sayouri and members of the CNDH, I proposed to the director of Salé II prison, Abdellah Darif, that I obtain from Belgium clothes, shoes and toiletries to distribute among poor prisoners or those serving their sentence far from their families, in the hope that this could give them back some of the humanity taken from them. The director was very agreeable to the project, which he saw as a humanitarian initiative to be encouraged.

vetements-I-2013-09-27-10.28.00-618x190

‘After giving my family in Belgium the green light to implement the proposal and start the collection, I saw Mr Darif again on 27 September and he re-affirmed his support.

‘On 30 September, the day of the planned visit, I tried without success to contact the director to tell him that bags of clothes, shoes and toiletries were on their way. I was told that he was away attending a family funeral. Everything seemed to be going well, and my sister was able to bring in several bags of items for the prisoners under the benevolent eye of activists from the Belgian Egalité party. Suddenly, at the end of the visit, everything unravelled. When my sister tried to retrieve her passport, she was told she could not have it unless she took back the bags she had brought in, on the ground that guards had no instructions to receive them. My sister refused to submit to this blackmail, and in response all the bags were savagely thrown out of the prison.

 ‘Some questions come to mind:

– Did the initial permission to bring the bags in come solely from the guards at the main entrance, which is inconceivable?

– How could the bags have been admitted without prior authorisation?

– Or was the whole thing a sham to make Salé II look good for the cameras of Egalité, who filmed the reception of the bags but were not allowed inside?

‘The organisation ‘Observatory’ is looking after the bags pending resolution of the issue. Observatory activist Abdellah Mozdad has tried to resolve it through an approach to Mostafa Hilmi, the official responsible for social affairs in the prisons directorate, who says he can do nothing without the blessing of prisons director-general Tabeq Saleh Mohamed. Nothing has been resolved despite various interventions, notably from CNDH.

 ‘Why are Salé II’s prisoners treated in this way? Are they such monsters that they don’t deserve any concern, or any attempt to ameliorate their pitiable conditions of detention? The categorical, repeated, unjustifiable refusal of all social initiatives will not assist prisoners’ rehabilitation – it only accentuates their isolation, locks them further in to a punitive milieu and precludes all possibilities of reintegration.’

 

Communiqué de presse des avocats d’Ali Aarrass sur le procès du 10 janvier pour obtenir la protection consulaire pour les bis-nationaux

dans AVOCATS/COMMUNIQUES DE PRESSE/DOUBLE NATIONALITE/TORTURE par

avocats juscogens CABINET D’AVOCATS JUS COGENS – Me Christophe MARCHAND (GSM: 32.486.32.22.88 ; cm@juscogens.be) – Me Dounia ALAMAT (GSM: 32.470.57.59.25 ; da@juscogens.be) – Me Nicolas COHEN (GSM : 32.470.02.65.41 ; nc@juscogens.be)

8 janvier 2014

Affaire Ali AARRASS : Le Groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU confirme qu’Ali AARRASS a été condamné sur base d’aveux obtenus sous la torture et fait l’objet d’une détention arbitraire, le Ministre des Affaires Etrangères refuse toujours d’intervenir !

Depuis son extradition illégale vers le Maroc[1], le 14 décembre 2010, Ali AARRASS, citoyen belge, clame qu’il a fait l’objet d’abominables tortures.

mendezLe 31 mai 2013, le Rapporteur spécial des Nations-Unies contre la torture a rendu public les constats d’un médecin spécialisé relevant les séquelles de ces actes barbares :

« Le médecin légiste indépendant qui accompagnait le Rapporteur spécial a effectué un examen physique externe et trouvé des traces de torture sur le corps de M. Aarrass. Le médecin légiste a conclu que la plupart des traces observées, bien que non diagnostiquées comme signes de torture, sont clairement compatibles avec les allégations présentées par M. Aarrass, à savoir le genre de torture et de mauvais traitements infligés, tels que brûlures occasionnées par une cigarette, pratique du «falanja » (coups assenés sur la plante des deux pieds), attachement intense puis suspension par les poignets et électrochocs aux testicules. En outre, il a constaté que la description faite par M. Aarrass des symptômes ressentis après les épisodes d’actes de torture et de mauvais traitements est totalement compatible avec les allégations et que le genre de pratiques décrites et les méthodologies qui auraient été suivis par les agents pratiquant ces actes, coïncident avec les descriptions et les allégations présentées par d’autres témoignages que le Rapporteur spécial a reçus dans d’autres lieux de détention et qui ne sont pas connus de M. Aarrass. Il a conclu que certains de ces signes seront de moins en moins visibles avec le temps et, à terme, devraient disparaître comme ceux, par exemple, existants sur la plante des deux pieds. Il a également conclu que l’examen physique a uniquement été effectué sous lumière artificielle. »

Ali AARRASS sollicite, depuis son emprisonnement, que la Belgique lui accorde l’aide consulaire, compte tenu notamment des terribles conditions de détention auxquelles il doit faire face.

Le Ministre des Affaires Etrangères n’a jamais donné de suite favorable à ces demandes.

Nations unies droits de l'hommePourtant, le 18 décembre 2013, après une nouvelle visite des instances onusiennes, le Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies (ci-après GTDA) a, à son tour, constaté que « c’est (…) sur la base d’aveux obtenus sous la torture que M. Ali Aarrass (…) a été condamné en novembre 2011 à 15 ans de prison ferme »[2].

Depuis la visite du GTDA, Ali AARRASS subit de nouvelles pressions. Il a notamment été replacé en régime d’isolement, sans motif.

Ali AARRASS a besoin de l’assistance consulaire de la Belgique.
 

Une audience se tiendra ce vendredi 10 janvier 2014, 9h, devant le Tribunal de première instance de Bruxelles, siégeant en référé, afin de contraindre le Ministre des Affaires Étrangères à prendre en considération la souffrance d’Ali AARRASS et de sa famille et d’en conséquence, lui accorder toute l’aide dont la Belgique est capable en vue de protéger son ressortissant.

[1] Extradition réalisée par l’Espagne en contrariété avec une injonction du Comité des droits de l’homme de l’ONU du 26 novembre 2010, compte tenu du risque de torture encouru.

[2] « Déclaration lors de la conférence de presse du Groupe de travail sur la détention arbitraire à l’issue de sa visite au Maroc », 18 décembre 2013, http://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=14121&LangID=F

 

  

 

Goûter pour Ali Aarrass : le procès pour obtenir l’assistance consulaire pour les bis-nationaux va commencer. Soutenez-nous !

dans ACTIONS/AVOCATS/COMMUNIQUES DE PRESSE par

 Affiche nouvelle goûter pour Ali Aarrass 1 décembre 2013

affiche gouter 1 décembre 2013

 

 

Quand ?: dimanche 1 décembre 2013 14:00 – 19:00

Où ? Salle V.K. rue de l’Ecole, 76 à 1080 Bruxelles


Communiqué des avocats de la défense d’Ali Aarrass (7 novembre 2013)

Mesdames, Messieurs,

 Par la présente, nous souhaitons vous informer qu’Ali AARRASS et sa sœur, Farida AARRASS, ont cité devant le tribunal de première instance de Bruxelles, siégeant en référé, Monsieur le Ministre des affaires étrangères, représentant l’État belge, en raison de son refus d’apporter l’assistance consulaire à Ali AARRASS, sauvagement torturé au Maroc et toujours détenu dans cet État.

 Depuis sa mise en demeure, le Ministre n’a tout simplement rien répondu aux arguments avancés et aux demandes formulées.

 Or, la situation d’Ali AARRASS reste très mauvaise et se détériore même.

 Ainsi, à l’heure actuelle, il n’a pas accès aux résultats des tests médicaux effectués – ce qui lui fait craindre le pire – les anti-inflammatoires qu’il prend sont sans effet sur ses maux, il souffre de vertiges, sa vue a encore baissée, son immunité n’est toujours pas rétablie et il ne cesse de tomber malade, son ouïe diminue et il craint de perdre son oreille gauche, il a des maux de têtes extrêmement fréquents, ses pieds gonflent. Par ailleurs, ses souffrances psychologiques sont aiguës et ravivées par les fouilles intempestives et autres brimades, ce qui provoque, en pus, des insomnies ….

 L’audience est fixée à 9h devant le Tribunal de première instance de Bruxelles en référé ce 12/11/2013. Il s’agit d’une audience d’introduction durant laquelle un calendrier en vue d’un échange d’arguments écrits sera prévu entre les parties et une date de plaidoiries sera fixée par le Tribunal.

 Nous tenions à vous aviser de l’évolution de cette affaire qui permettra, nous l’espérons, de garantir pour tous les Belges, sans discrimination, l’assistance consulaire de la Belgique lorsqu’un ressortissant se fait gravement maltraiter à l’étranger.

 En vous souhaitant bonne réception de la présente, nous vous prions d’agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de nos meilleurs sentiments.

 Me Christophe MARCHAND (GSM: 32.486.32.22.88 ; cm@juscogens.be) – Me Dounia ALAMAT (GSM: 32.470.57.59.25 ; da@juscogens.be) – Me Nicolas COHEN (GSM : 32.470.02.65.41 ; nc@juscogens.be)

Affiche nouvelle goûter pour Ali Aarrass 1 décembre 2013

 Nous avons besoin de vous. La plainte déposée contre Reynders nous coûtera cher au niveau des frais juridiques.

De plus, les frais précédents n’ayant pas encore été payés dans leur totalité, nous lançons ce goûter en guise de rencontre autour de l’affaire « Ali Aarrass » et cela avec la précieuse intervention sur scène d’artistes, tous venus pour le soutenir.

 Soyez des nôtres lors de cette occasion qui comme chaque fois, se veut être un moment où le bon accueil et l’ambiance sont assurés, sans oublier les délicieux mets faits maison.

 Facebook event

 

Participez aussi à la conférence d’information à l’occasion du troisième anniversaire de l’extradition d’Ali Aarrass par l’Espagne au Maroc, le 14 décembre 2013 de 18 à 21 heures au Pianofabriek

 Facebook event

Un parlementaire britannique interdit de visite à Ali Aarrass ! Communqué de protestation de Jeremy Corbyn MP

dans AU PARLEMENT/COMMUNIQUES DE PRESSE par

Statement from Jeremy Corbyn MP concerning refusal to visit Mr. Ali Aarrass

On 1 September 2013, I made a formal written request to the Director of the prison Salé II , and to Her Excellency H.H. Princess Lalla Joumala Alaoui at the Moroccan Embassy, in London, informing them of my intention to visit the torture victim Mr. Ali Aarrass in Salé II Jeremy Corbyn statement October 2013prison, Rabat. On 24 September, I was informed that my request to visit Mr Ali Aarrass had been denied.

I was very keen to meet Ali Aarrass in person, since in December 2011 I tabled an Early Day Motion (The Case of Ali Aarrass, EDM 2552) in the British Parliament, which enjoyed cross-party support and was signed by eighteen members of Parliament. (The EDM was subsequently re-tabled in June 2013). That month I was pleased to receive Ali Aarrass’ sister, Farida Aarrass, in the British Parliament and was struck by her dignity and her steadfastness in her quest for justice for her brother.

Over the years I have written several letters concerning Ali Aarrass to the Spanish, Moroccan and Belgian governments – protesting his illegal extradition by Spain to Morocco, expressing grave concern at the allegations that he was tortured on his arrival in Morocco (allegations subsequently confirmed by UN Special Rapporteur Juan Méndez in his report to the United Nations Human Rights Council), protesting his conviction following a deeply flawed trial, and urging the Belgian government to step in to protect a Belgian citizen from violation of his rights in prison. From my conversations with Ali Aarrass’ sister, and with others involved in the campaign to secure justice for him, I feel I have become a friend, albeit at one remove.

It was with great sadness and disappointment, then, that I learned that my request to visit Ali Aarrass had been turned down. The reason I was given is that he is only permitted visits from family members. I have not met such a response before, having visited political prisoners in many jurisdictions, across Central America (El Salvador and Chile) and in Palestine. It seems very harsh to restrict visits in this way – particularly for Ali, whose family members are all in Spain or Belgium. He has no family in Morocco. As a friend of the family, the refusal of my request baffles me. And as a parliamentarian, with a particular interest in human rights, I am extremely concerned by this stance. Ali was driven to a life-threatening hunger and thirst strike just two months ago, by oppressive and arbitrary conditions and restrictions in prison. That strike was resolved when the prison authorities promised to respect Ali’s rights and to allow regular unscheduled visits from a local human rights group – an outcome which indicated that the Moroccan government was adopting a welcome, positive response to Ali’s situation.

Together with Ali’s friends and supporters in Morocco, Spain, the UK, Belgium and elsewhere, I sincerely hope that the refusal to allow me to visit will be reconsidered and that the Moroccan government will continue along the more positive path it recently adopted towards Ali Aarrass.

Jeremy Corbyn MPFarida Sarah Jeremy Corbyn Londonss

28 September 2013

 

 

 

 

 

 

Lundi 30 septembre 2013 : Conférence de presse à Rabat sur l’affaire Ali Aarrass

dans ACTIONS/COMMUNIQUES DE PRESSE par

luk Farida 26 juin

Nous vous invitons à une rencontre avec la presse sur

 « La campagne internationale pour la libération d’Ali Aarrass »

 (Belgo-Marocain, détenu à Salé II, Maroc)

 Quand : lundi 30 septembre 2013 de 15 à 17 heures

 Où : l’AMDH, Association marocaine des droits de l’homme,

 Av. Hassan II, Rue Aguensous, Imm 6, Appt 1, RABAT.

 Témoignages de :

 Farida Aarrass, la soeur d’Ali

 &

 Luk Vervaet, représentant de la Campagne Free Ali (www.freeali.eu) .

 Présentation des dernières nouvelles de la campagne Free Ali en Belgique, en Grande-Bretagne et en France. 

 Avec :

 – Le communiqué de Jeremy Corbyn, parlementaire du Labour Party en Grande-Bretagne (Londres) sur le refus des autorités marocaines de lui accorder une visite à Ali Aarrass ce lundi 30 septembre .

 – La lettre du vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères de Belgique, Didier Reynders, (6 août 2013) à son collègue marocain demandant « des conditions de détention pour Ali Aarrass, conformes au respect de la dignité humaine et du droit humanitaire international et de bien vouloir tenir les autorités belges informées de l’état de santé de M. Ali Aarrass et de confirmer qu’il a accès à l’assistance médicale ».

 – La lettre ouverte à Didier Reynders des 34 parlementaires belges, demandant une assistance consulaire pour Ali Aarrass et l’arrêt des discriminations envers les Belgo-Marocains.

 (Lettre signée par Aziz Albishari, député bruxellois (Ecolo) Sfia Bouarfa, députée bruxelloise (PS) Hassan Bousetta, sénateur (PS) Dominique Braeckman, députée bruxelloise (Ecolo) Michel Colson, député bruxellois (FDF) Jean-Claude Defossé, député bruxellois (Ecolo) Céline Delforge, députée bruxelloise (Ecolo) Serge de Patoul, député bruxellois (FDF) Anne Dirix, députée bruxelloise (Ecolo) Bea Diallo, député bruxellois (PS) Patrick Dupriez, député wallon (Ecolo) Ahmed El Khannouss, député bruxellois (CDH) Béatrice Fraiteur, députée bruxelloise (FDF) Zoé Genot, députée fédérale (Ecolo) Muriel Gerkens, députée fédérale (Ecolo) Didier Gosuin, député bruxellois (FDF) Benoît Hellings, sénateur (Ecolo) Anne Herscovici, députée bruxelloise (Ecolo) Eric Jadot, député fédéral (Ecolo) Zakia Khattabi, sénateur (Ecolo) Philippe Lamberts, député européen (Ecolo) Bénédicte Linard, députée wallonne (Ecolo) Vincent Lurquin, député bruxellois (Ecolo) Olivier Maingain, député fédéral (FDF) Vanessa Matz, sénateur (CDH) Jacky Morael, sénateur (Ecolo) Marie Nagy, députée bruxelloise (Ecolo) Mohamed Ouriaghli, député bruxellois (PS) Martine Payfa, députée bruxelloise (FDF) Fatiha Saidi, sénateur (PS) Fatoumata Sidibé, députée bruxelloise (FDF) Marc Tarabella, député européen (PS) Barbara Trachte, députée bruxelloise (Ecolo) Sarah Turine, députée bruxelloise (Ecolo)

 – L’équipe « Free Ali Aarrass » au marathon de Bruxelles ce 6 octobre

 – La suite de la campagne « Ali Aarrass vs Didier Reynders » …

 Contact : vervaetluk@gmail.com 0032478653378

Video : Déclaration de Farida Aarrass lors de la seconde journée de manifestation (7 août) en faveur de son frère Ali (and English translation of her press release)

dans ACTIONS/COMMUNIQUES DE PRESSE/FRIENDS OF ALI AARRASS LONDON SUPPORT COMMITTEE par

Farida Elena 26 juin

Statement from Farida Aarrass on the result obtained by her brother Ali after 28 days of hunger strike and 9 days of thirst strike (translation Frances Webber, see picture of Frances and Farida)Frances Webber & Farida Aarrass London

 

My very dear friends,

The long-awaited phone call from Ali Aarrass finally came on Wednesday evening, 7 August 2013, at 18.53.

 

Ali made an official announcement that he was ending his hunger strike. He was with a member of the National Human Rights Committee (CNDH) who asked to speak to me, and promised that Ali’s rights would be respected, that it was the Committee’s mission to monitor this and that an agreement had been reached with the prison authorities. A written declaration was to be prepared in French, setting out all the demands for which Ali had undertaken the strike, the fact that he was only asking for his rights, for nothing out of the ordinary. After reading, it would be signed by the three parties: the prison authorities, the CNDH and Ali himself.

 Ali then told me that he was ending the hunger strike. You can imagine our joy!

 That said, the press release has not yet been prepared, but we have the promise of the CNDH that it would be settled in a short time and that Ali already enjoys his rights. I asked the CNDH representative how Ali was. His health? He told me that Ali is getting better and has been put in the care of the prison doctors.

 Ali expressed infinite gratitude to those who have mobilised in Belgiaum and everywhere in the world to support his struggle. He wishes you all a very good end of Ramadan holiday.

 For our part, as agreed we are stopping the action ‘One hour for Ali’ and once again thank everyone who took part. Their presence was a huge comfort to us.

 I ask everyone to continue to write to Ali, particularly now that we have a guarantee that he will be able to read his letters.

 I’ll be visiting my brother in the next two weeks. With the support committee, I will invite everyone to an evening to thank you all on my return from Morocco, when we will discuss how to continue the struggle for his release and his return to us.

 Farida Aarrass

Déclaration de Farida Aarrass à l’occasion du résultat obtenu par son frère Ali après 28 jours de grève de la faim et 9 jours de grève de la soif

dans ACTIONS/COMMUNIQUES DE PRESSE par

Monnaie 5 août Farida IIMes très chers amis,

L’appel téléphonique, tant attendu, d’Ali Aarrass a enfin eu lieu le mercredi soir, 7 août 2013, à 18h53.

Ali m’a annoncé officiellement qu’il met fin à sa grève de la faim. Il était en compagnie d’un membre du CNDH qui a demandé à me parler.

Ce dernier m’a garanti que les droits d’Ali seront respectés, que c’est la mission du CNDH d’y veiller et qu’un compromis a été obtenu avec le corps pénitenciaire.

Un PV sera rédigé en français, reprenant toutes les revendications pour lesquelles Ali a fait grève. Ali ne réclame que ses droits et cela n’a rien d’exceptionnel, il y a tout à fait droit.

Après lecture, ce PV sera signé par les trois parties : la direction de la prison, le CNDH, qui s’engage à le faire respecter, et Ali lui-même.

Ali m’a donc enfin déclaré qu’il met un terme à la grève de la faim ! Vous imaginez notre joie !!!

Cela dit, le PV n’a pas encore été rédigé mais nous avons la promesse du CNDH qu’il sera établi dans les plus brefs délais et qu’Ali jouit déjà de ses droits.

J’ai demandé au représentant du CNDH comment Ali va. Sa santé ? Celui-ci m’a dit qu’Ali va mieux et qu’il est pris en charge par le médecin général de la prison.

Ali remercie infiniment toutes les personnes qui se sont mobilisées en Belgique et partout dans le monde pour soutenir son combat. Il souhaite une excellente fête de fin de Ramadan à toutes et à tous.

Pour notre part, nous arrêtons comme convenu l’action « Une heure pour Ali » et nous remercions une fois de plus toutes celles et ceux qui y ont pris part. Leur présence nous a été d’un grand réconfort.

Je demande à tout le monde de continuer à envoyer du courrier à Ali d’autant plus que nous avons maintenant la garantie qu’il pourra le lire.

Je visiterai mon frère dans les deux semaines qui suivent. Avec le comité de soutien, je ne manquerai pas de vous inviter toutes et tous à une soirée de remerciements dès mon retour du Maroc. À cette occasion, nous discuterons de la suite de notre combat pour sa libération et son retour parmi nous.

Farida Aarrass

Press release : from Belgian ministry of foreign affairs and Free Ali Aarrass Campaign

dans ACTIONS/COMMUNIQUES DE PRESSE/FRIENDS OF ALI AARRASS LONDON SUPPORT COMMITTEE par

Farida Aarrass at Belgian embassy LondonPress release from Belgian ministry of foreign affairs

(Translation : Frances Webber.

At this occasion, we would like to thank the London Friends of Ali Aarrass (londonaliaarrass@gmail.com) and the Institute of Race Relations (IRR) for their relentless support in the campaign to free Ali Aarrass.)

 

Didier Reynders writes to his Moroccan colleague about the detainee at Salé

 The deputy prime minister and minister for foreign affairs, Didier Reynders, has asked the Moroccan authorities to keep the Belgian authorities informed about Ali Aarrass’ state of health and to confirm that he has access to medical assistance. Reynders wishes to assure himself that Mr Aarrass benefits from detention conditions which conform to respect for human dignity and international humanitarian law. Ali Aarrass has dual Belgian and Moroccan nationality, and is currently detained at Salé prison, Morocco, pursuant to a 12-year sentence imposed by the Rabat court of appeal in connection with terrorism.

 In a letter of 5 August to his Moroccan counterpart, minister Reynders pointed out that in accordance with normal practice, Belgium does not intervene with consular assistance to dual nationals, and this action by the minister is not consular assistance but is justified by the concern of Belgium that human rights and dignity are respected. The minister has also emphasised that there is no question of Belgium contesting the decision of the Rabat court.

 Hendrik Van de Velde +32 477 40 32 12,

Spokesperson

Joren Vandeweyer +32 473 73 05 94,

adjunct-woordvoerder/porte-parole adjoint

 

London Penny and audiencePress release from the Free Ali Aarrass Campaign

6 August 2013

Didier Reynders’ letter is an unprecedented victory for Ali Aarrass, his family and his supporters. We congratulate Ali Aarrass for his courage, and we thank the hundreds of democrats in Belgium and across Europe who have mobilised on his behalf.London Hamja Farida Victoria

The minister’s letter demands ‘access to medical assistance’ and ‘detention conditions in conformity with respect for human dignity and international humanitarian law’. This is just what Ali and all his friends have been demanding! A quick review of the past five years of conversations with different foreign ministers, and their blank, brick-wall responses to our appeals, demonstrates the importance of this official action.

Demo London Dec 2011 Nico 2 picassaThe Free Ali Campaign will continue the struggle for consular protection for Ali Aarrass and for all Belgian-Moroccan dual nationals. We will continue to demand the release of Ali Aarrass, cleared of charges in Spain, tortured in Morocco (see UN Special Rapporteur Juan Mendez’ report), and convicted solely on torture evidence. We recall that Ali Aarrass has always seen, and continues to see his struggle as a struggle for the rights of all prisoners. In this context, we support the appeal of Human Rights Watch for the release of all the remaining prisoners convicted in the Belliraj trials and of all political prisoners in Morocco.

Luk Vervaet and Farida Aarrass

For the campaign

Free Ali www.freeali.eu,

 

Aller à Top