Category archive

COMMUNIQUES DE PRESSE - page 5

28ème jour de grève de la faim : dernières nouvelles ! Communiqué du Ministère des Affaires étrangères et de la campagne Free Ali

dans COMMUNIQUES DE PRESSE/DANS LA PRESSE par

contre la torture vous avez une armeCommuniqué de presse du SPF Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement (6 août 2013)

 

 

Didier Reynders écrit une lettre à son collègue marocain au sujet du détenu à Salé

 Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a demandé aux autorités marocaines de bien vouloir tenir les autorités belges informées de l’état de santé de M. Ali Aarrass et de confirmer qu’il a accès à l’assistance médicale.

 Le Ministre Reynders souhaite s’assurer que l’intéressé bénéficie de conditions de détention conformes au respect de la dignité humaine et du droit humanitaire international.

 M. Ali Aarrass possède la double nationalité belge et marocaine et est actuellement détenu à la prison de Salé, Maroc, après que la Cour d’appel de Rabat l’ait condamné à une peine de 12 ans de prison ferme pour activités terroristes.

 Dans une lettre à son homologue marocain en date du 5 août, le Ministre Reynders a précisé que la Belgique, selon son habitude, ne compte pas intervenir au titre de l’assistance consulaire dans la mesure où l’intéressé possède la double nationalité belge et marocaine.

 Cette démarche du Ministre Reynders, puisqu’elle ne se fait pas au titre de l’assistance consulaire, est justifiée par le souci permanent qu’a la Belgique que soient respectés pour tous les droits de l’homme et la dignité humaine.

 Le Ministre a aussi souligné clairement que la Belgique ne conteste aucunement la décision de la Cour d’appel de Rabat.

  Hendrik Van de Velde +32 477 40 32 12, woordvoerder/porte-parole

 Joren Vandeweyer +32 473 73 05 94, adjunct-woordvoerder/porte-parole adjoint

 

 Hunger strike(NL) Persmededeling van de FOD Buitenlandse Zaken, Buitenlandse Handel en Ontwikkelingssamenwerking (6 augustus)

 

 Didier Reynders schrijft brief naar Marokkaanse collega over gedetineerde in Sale

 Vicepremier en minister van Buitenlandse Zaken Didier Reynders heeft de Marokkaanse overheid gevraagd om de Belgische overheid op de hoogte te houden van de gezondheidstoestand van de heer Ali Aarrass.

 Hij heeft ze ook gevraagd te bevestigen dat hij toegang tot medische hulp heeft.

 Minister Reynders wil de garantie dat de detentieomstandigheden van de gevangene in overeenstemming zijn met de menselijke waardigheid en het internationale humanitaire recht.

 Ali Aarrass, die de Belgische en Marokkaanse nationaliteiten heeft, wordt in de gevangenis van Sale in Marokko vastgehouden, nadat hij door het Hof van Beroep van Rabat was veroordeeld tot 12 jaar gevangenis voor terroristische activiteiten.

 In een brief van 5 augustus aan zijn Marokkaanse collega schreef minister Reynders dat België, zoals gebruikelijk, niet van plan is consulaire bijstand te verlenen, aangezien de gevangene de Belgische en Marokkaanse nationaliteit heeft.

 Het verzoek van de minister wordt evenwel gerechtvaardigd door het voortdurende pleidooi van België om de mensenrechten en de menselijke waardigheid na te leven.

 De minister wees er duidelijk op dat België de beslissing van het Hof van Beroep van Rabat niet betwist.

 Lire aussi l’article dans LE SOIR, RTBF

 

liberté pour ali aarrassCommuniqué de presse de la campagne Free Ali Aarrass 6 août 2013

 

La lettre de mr Didier Reynders constitue une victoire sans précédent pour Ali Aarrass, sa famille et ses sympathisants !

 Nous félicitons Ali Aarrass pour son courage.

 Nous remercions les centaines de démocrates en Belgique et en Europe qui se sont mobilisés pour sa cause.

 La lettre du Ministre des affaires étrangères de la Belgique demande la « l’accès à l’assistance médicale » et « des conditions de détention conformes au respect de la dignité humaine et du droit humanitaire international ». Ce qu’Ali et tous ses amis revendiquent !

 Il suffit de parcourir cinq ans de conversations avec les différents ministres des affaires étrangères et leur réponses d’un froid de marbre à tous nos appels, ou les copier-coller de mr Roose, pour se rendre compte de l’importance de cette démarche officielle.

 La campagne Free Ali continuera la lutte pour une protection consulaire pour Ali Aarrass et tous les Belgo-Marocains. Elle demande la libération d’Ali Aarrass, innocenté en Espagne, torturé au Maroc (voir le rapport intégral de Juan Mendez sur Ali Aarrass ), et condamné uniquement sur base des preuves obtenues sous la torture.

 Rappelons qu’Ali Aarrass a toujours conçu et conçoit sa lutte comme une lutte pour les droits de tous les prisonniers. Dans ce cadre, nous soutenons l’appel de Human Rights Watch pour la libération de tous les détenus restants dans le procès Belliraj et de tous les prisonniers politiques au Maroc.

 Nous appelons au rassemblement le mercredi 7/08 de 17 à 18 heures à la Place de la Monnaie 1000 Bruxelles pour soutenir la grève de la faim d’Ali. 

 Pour la campagne Free Ali www.freeali.eu,

 Luk Vervaet et Farida AarrassMonnaie 5 août activistes IV noir et blanc

 

 

CAPJO Europalestine (France) : « Stop au scandale de la détention et de la torture d’Ali Aarrass : Ecrivons tous ! » (31 juillet )

dans ACTIONS/COMMUNIQUES DE PRESSE/DANS LA PRESSE par

europalestine

SOURCE

Voilà plus de 5 ans que ce citoyen belge croupit en prison, notamment dans les geôles marocaines, alors qu’il a été reconnu innocent de tout acte de terrorisme par un juge européen. Au lieu d’intervenir, le gouvernement belge se tait. Actuellement en grève de la faim depuis 21 jours et de la soif depuis 7 jours, Ali Arrass est en danger. Sa famille, ses amis et tous les gens épris de justice, nous demandent d’intervenir.

Ali Arrass est actuellement dans un état critique dans la prison de Salé, encore conscient, mais grabataire et incapable de parler. Il a a entamé sa grève de la faim le 10 Juillet, après que le personnel de pénitentiaire ait pénétré dans sa cellule, en son absence, enlevé sa correspondance personnelle, notamment les lettres de sa famille et les cartes postales de membres de son comité de soutien avant de saccager sa cellule.

Il a ensuite été privé des droits élémentaires du prisonnier, comme celui de téléphoner, de se doucher, d’accéder à son courrier et à la promenade. Le détenu a intensifié sa grève de la faim le 25 Juillet en refusant de s’hydrater. Depuis lors, par mesure de rétorsion, tout contact avec sa famille et son avocat lui ont été interdits.

Pour rappel, Ali Arras Ali Arrass, citoyen belge, a été arrété à Melilla, au Maroc en 2006, soupçonné d’appartenance à un réseau terroriste, alors qu’il n’a visité le Maroc que brièvement et à deux reprises, lors de la présentation de son épouse à une tante paternelle, à Nador. Il est relâché au bout de quatre jours.

Mais ce n’est pas la fin de l’histoire, puisque le 1er avril 2008, il est arrêté par les autorités espagnoles à la demande du gouvernement Marocain. Au terme d’une longue enquête, le juge Baltasar Garzon conclut, en mars 2009, à l’innocence du prévenu.

Mais malgré ceci et malgré les recommandations de l’ONU, l’Espagne continue à détenir Ali Arrass et l’extrade en décembre 2010 vers le Maroc où l’enfer va se poursuivre dans les geôles de M6, qui n’ont rien à envier à celles de son père .

Le récit qu’il a réussi à faire plus tard de son calvaire, est terrifiant.

Conduit en voiture, encagoulé et menotté dans un lieu tenu secret, le prisonnier est, sauvagement battu, en plein air, dès sa descente de voiture. Une méthode éprouvée, pour distiller immédiatement la terreur, dans l’esprit de la victime et « l’attendrir ».

Puis les bourreaux enchaînent les abominations qui ont bâti leur réputation : gégène et coups de bâtons sur les parties génitales, viol à la bouteille, suspension au plafond des heures durant, par les poignées ou les chevilles, coups sur la plante des pieds, sur les tibias ou le fessier, simulation de noyade, simulacre d’exécution, injections de produits chimiques.

Au bout de quelques jours de ce traitement moyenâgeux, Ali avoue ce qu’on veut l’entendre avouer. Ils veulent une cache d’armes ? Il donne la seule adresse qu’il connaît au Maroc, celle de sa malheureuse tante à Nador. Les bourreaux l’y conduisent, sous bonne escorte, saccagent la maison, terrorisent ses habitants et ravagent le terrain avoisinant. Rien. Et pour cause, il n’y a de cache ni ici, ni ailleurs.

Fous furieux, les tortionnaires traînent leur victime entravée, dans le bois tout proche, le battent comme plâtre, l’arrosent d’insultes. Ils dégainent leur arme, font ostensiblement jouer la culasse et annoncent au prisonnier qu’à défaut de révélations dignes de ce nom, il sera abattu séance tenante. Mais l’homme qui n’a rien sur la conscience, ne peut rien avouer.

Ramené à Rabat, il est de nouveau torturé, pour lui extorquer des aveux écrits. Il paraphe les procès-verbaux, sans les lire, ni les signer. Les bourreaux les signent pour lui…….en arabe. Lourde erreur : Ali ne sait ni lire ni écrire l’arabe.

Qu’importe, la « justice » marocaine le condamnera à 15 ans de prison sur la base de prétendus aveux de Abdelkader Bellirej, enlevé à Marrakech et torturé pendant plus de six semaines par les mêmes services, ceux de la DST de Témara. Sans doute connaissait-il le nom de Ali et qu’il l’a livré pour un moment de répit !

Et le gouvernement belge prétextant du fait qu’Ali a la double nationalité a gardé jusqu’ici le silence, même s’ils n’ont rien à reprocher à ce père de famille, qui paie ses impôts en Belgique, participe à la vie de la cité et y a accompli son service militaire.

Ni visite consulaire, ni observateur du ministère de la justice belge au procès, ni la moindre question ou protestation adressée au Maroc, pour les tortures subies par le prisonnier. Une honte !

Amnesty International vient enfin de se saisir du cas de Ali Arrass, mais nous devons tous interpeller les autorités belges.

  • Écrivez, téléphonez ou Faxez à Monsieur Didier Reynders, Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères,du Commerce extérieur et des Affaires européennes

Rue des Petits Carmes, 15, 1000 BRUXELLES Tél. : +32 (0)2 501 85 91 Fax. : +32 (0)2 513 25 E-mail : contact.reynders@diplobel.fed.be

  • Écrivez, téléphonez ou Faxez à l’ Ambassade de Belgique à Rabat :

4-6, Avenue Mohammed El Fassi, Tour Hassan – B.P.163, 10100 Rabat

Tél. : +212 537 26 80 60 Fax : +212 537 76 70 03 – E-mail : Rabat@diplobel.fed.be

  • Téléphonez ou envoyez un SMS a ce GSM pour les Belges en détresse au Maroc en-dehors des heures de travail : +212 (0)661 16 47 93 et demandez qu’il visite ALI à la prison de Salé. Ce numéro de garde s’adresse uniquement aux Belges en détresse au Maroc en-dehors des heures de bureau.

CAPJPO-EuroPalestine

Parti des Indigènes de la République (France) : « Soutenons notre frère Ali Aarrass.. » (30 juillet)

dans ACTIONS/COMMUNIQUES DE PRESSE par

PIR

WEBSITE : Les Indigènes de la République

Soutenons notre frère Ali Aarrass, citoyen belge, victime d’une incroyable forfaiture politico-judiciaire. Celle ci, au terme d’une manigance policière, voit de supposées démocraties, l’Espagne et la Belgique, se soumettre au mépris du droit le plus élémentaire, à la paranoïa sécuritaire d’un autre Etat, pour un prétendu délit, lui-même d’un autre temps.

Plus grave encore, comment admettre qu’ Ali Aarrass pourtant citoyen européen, pourtant mis hors de cause par un juge européen, soit livré et abandonné aussi légèrement à une justice étrangère par deux Etats européens pourtant tenus de faire respecter l’Etat de droit en sa faveur même si celui-ci n’avait pas été européen ?

 

Évidemment, si Ali Aarrass avait été un « indigène » soumis, de ceux qui caressent et aiment se laisser caresser, dans le sens du poil, il y a de fortes chances pour que ces deux Etats se seraient alors mobilisés au nom de ces mêmes principes de justice qu’ils bafouent aujourd’hui.

 

Mais Ali Aarrass est un homme de parole, un homme digne. Tout le démontre dans sa vie. Et dans la société mercantiliste occidentale, il n’y a pas de place pour les hommes dignes.

 

En effet, Ali Aarrass mérite qu’on le soutienne pas seulement parce que c’est une victime innocente et qu’il faut défendre le droit à une justice indépendante pour tous mais aussi et surtout parce qu’il incarne lui-même des valeurs de solidarité, de respect des plus faibles et de fidélité à sa famille. Autant de valeurs sociétales que l’impérialisme estime superflues et qu’il entend faire disparaître comme dangereuses. Un homme respectueux des autres, mérite le respect, mérite que l’on se mobilise pour lui. C’est là tout le sens de notre engagement militant.

 

Paris, le 30 / 07/ 2013.

 

PIR

Amnesty International lance un Appel Urgent pour Ali Aarrass, 29 juillet 2013

dans ACTIONS/COMMUNIQUES DE PRESSE/FRIENDS OF ALI AARRASS LONDON SUPPORT COMMITTEE/ORGANISATIONS POUR LES DROITS DE L'HOMME / FOR HUMAN RIGHTS par

amnesty-international-association-ong-droits-de-l-homme-logo_fsHunger strike due to more ill-treatment

 

Ali Aarrass, a dual Belgian-Moroccan national detained in Salé II prison near Rabat, Morocco, is on a “dry” hunger strike (refusing water in addition to food) to protest ill-treatment at the hands of the prison authorities. He is reportedly in a critical condition, still conscious but unable to stand and struggling to speak. Ali Aarrass began his hunger strike on 10 July, after prison personnel entered his cell in his absence, took away his personal correspondence, including letters from his family and postcards from supporters, and left his cell in disorder. He was then denied basic prisoner rights including the right to make phone calls, access his mail, shower and use the courtyard in what amounts to ill-treatment. Ali Aarrass intensified his hunger strike on 25 July by refusing water. He has not been permitted to contact his family and lawyer since then.

 Fountain

His family and lawyers told Amnesty International they believe these measures came in retaliation for a public campaign of solidarity with him that is calling for his release and the investigation of reports that he was tortured when detained from 14 to 24 December 2010 by Morocco’s intelligence outfit, the General Directorate for Surveillance of the Territory (DST), at their offices in Témara. Ali Aarrass’s lawyers saw their latest request to lodge a complaint for torture rejected by the Moroccan authorities despite the fact that a medical examination conducted during a visit by the UN Special Rapporteur on torture earlier this year provided further evidence of torture. They are calling upon the Belgian authorities to offer Ali Aarrass consular assistance.

Please write immediately in Arabic, French or your own language:

Calling on the Moroccan authorities to ensure that Ali Arrass is given immediate access to adequate medical care from medical professionals who will act in accordance with medical ethics and not coerce him to end his hunger strike, and that he is treated humanely at all times and not punished in any way for his hunger strike;

Urging the Moroccan authorities to respect Ali Arrass’s prisoner rights and give him access to the outside world including his family and his lawyers, as well as access to correspondence;

Calling on the Moroccan authorities to investigate reports that Ali Aarass has been tortured or otherwise ill-treated, including on 10 July 2013 in Salé II prison and during his detention in the DST offices in Témara.

 

PLEASE SEND APPEALS BEFORE 09 SEPTEMBER 2013 TO:

 

Minister of Justice and Liberties

Mustafa Ramid

Ministry of Justice and Liberties

Place El Mamounia – BP 1015

Rabat, Morocco

Fax: +212 537 73 47 25

Salutation: Your Excellency

 

Director of General Administration for Prison Administration and Reinsertion

Hafid Benhachem

Avenue Ibn Sina, Agdal – PB 123

Rabat, Morocco

Fax: +212 5 37 71 26 19

Salutation: Dear Sir

 

 

And copies to:

National Council for Human Rights

President Driss El Yazami

CNDH, Place Achouhada- BP 1341, 10 001, Rabat, Morocco

Email: elyazami@cndh.org.ma

Fax: +212 537 73 29 27

SOURCE

 

 

 

« Cri du cœur de Farida Aarrass » ! Réalisation : Radouane El Baroudi (+ texte en espagnol)

dans ACTIONS/COMMUNIQUES DE PRESSE par

Farida II conf de presse 26 juillet 2013Ali Arrass détenu arbitrairement en prison au Maroc a entamé une grève de la faim et de la soif . L’état belge refuse d’intervenir en faveur d’Ali qui a pourtant été blanchi par un juge espagnol. Cette affaire doit nous faire rappeler que tout citoyen belge que nous sommes , une fois le détroit de Gibraltar dépassé nous ne pouvons pas espérer le soutien de notre pays : La Belgique ! Cri du cœur de sa soeur Farida!

Réalisation : Radouane El Baroudi

Regardez la video : Cri de coeur de Farida Aarrass

liberté pour ali aarrass

Texte de la video en espagnol :

Ali Aarrass es un ciudadano belga

 

que ha sido detenido en España en 2008 a petición del estado marroquí

 

ha pasado 2 años en prisión en España e 8 meses y medio en aislamiento

 

y todo esto a pesar de que fue declarado inocente por el juez Baltasar Garzòn

 

que después de 3 años de estudio del caso pidió su libertad.

 

A pesar de todo esto fue retenido preso hasta su extradición ilegal, de España a Marruecos.

 

La extradición va en contra de la petición del Alto Comisionado de la ONU de no extraditar a Ali.

 

Después de la extradición Ali ha echo frente a 12 días de detención provisional en los que fue TORTURADO e obligado a firmar declaraciones.

 

 

Después Ali será encerrado en la prisión de Salé II (cerca de Rabat),

 

e desde el primer día de detención en la prisión de Salé Ali es humillado e insultado constantemente,

 

todas estas humillaciones son las que han llevado a Ali a empezar la huelga de hambre (inicio 10/07/13) e la huelga de sed (inicio 24/07/13).

 

Ambas huelgas iniciadas para denunciar las numerosas humillaciones a las que está sometido e que son ignoradas por todos e sobretodo ignoradas por el gobierno belga, que es su país.

 

 

Ali, desde el primer día se declara inocente, e lo dice alto y claro y pide a su comité de apoyo

 

de intervenir, de difundir la información, de escribir al ministerio de asuntos exteriores , al señor Didier Reynders que continua guardando silencio e rechaza de intervenir, justificando-se diciendo

 

que se trata de una persona que posee la doble nacionalidad e que se encuentra en el país de su segunda nacionalidad,

 

Pero nosotros sabemos que Ali nunca ha vivido en Marruecos,

 

él siempre ha vivido en España o en en Bélgica

 

Ha vivido 28 años en Bélgica, país en el que ha hecho su servicio militar e en el que tenia su propio comercio.

 

Bélgica ha día de hoy ha cerrado los ojos sobre este caso

 

ignora totalmente a Ali

 

no le consideran como ciudadano belga

 

e le ha abandonado completamente.

 

La situación actual de Ali es MUY grave, e su vida corre peligro.

 

 

Hago un llamamiento a todas las personas con corazón,

 

a todas las personas conscientes,

 

de ayudar a Ali,

 

de escribir al rey Felipe que acaba de ser nombrado rey.

 

Por favor, escribir-les

 

e pedid que Ali sea asistido por el cónsul belga de Marruecos,

 

que rechaza rotundamente de intervenir.

 

 

Ali no dispone de ninguna atención médica,

 

no dispone de de ningún cuidado, ni de Bélgica ni de Marruecos

 

Ali está abandonado en su celda, incapaz de mover-se

 

y no es normal que esto esté sucediendo

 

dado que Ali es un ciudadano belga.

 

 

Pido a toda persona consciente que nos quiera ayudar

 

de dirigir-se a la oficina del ministro de asuntos exteriores,

 

representada por el ministro Didier Reynders,

 

que se esconde detrás de argumentos falsos

 

e justificándose diciendo que no puede intervenir ya que

 

Ali se encuentre en prisión en el país de su segunda nacionalidad.

 

No puede seguir este silencio

 

Tenemos que intervenir

 

Pido a toda persona consciente a intervenir en el caso de Ali.

 

Por favor, todos los que tengáis la doble-nacionalidad

 

despertaros!

 

Lo que está sucediendo a mi hermano podría suceder a cualquiera de vosotros.

 

Es hora de reaccionar,

 

es un caso abominable

 

tenemos que romper este silencio e impedir que pueda volver a suceder algo parecido a alguna otra persona

 

haced lo que podáis, dirigiéndoos a la oficina del Ministro de asuntos exteriores,

 

o contactando a vuestros contactos en marruecos

 

periodistas, asociaciones de DDHH e otros.

 

 

Voy a repetir una vez más, el por qué de la huelga de hambre (e de la sed) de Ali,

 

Ali ha sido victima de un juicio injusto

 

que le ha llevado a una condena de 12 años

 

e ha sufrido una série de humillaciones e maltratos en la misma prisión de Salé II

 

por el director Abdellah Darif e su asistente Bouaazza.

 

Hace unas semanas entraron en su celda cuando él estaba ausente

 

para arrancar todas las postales, hacer pedazos todas sus cartas

 

e quitar-le todas las provisiones alimentarias que guardaba para el mes de Ramadan

 

que su esposa le había traído.

 

Nosotros somos los que le apoyamos

 

a nivel alimentario e vestimentario ya que Ali no dispone de

 

ninguna ayuda de allí.

 

Os pido, por favor..

 

Hago un llamamiento,

 

un llamamiento urgente

 

antes de que llegue nada de malo a mi hermano.

 

Es hora de actuar.

 

Hago un llamamiento a toda persona consciente para que actue,

 

todos los belgas,

 

e sobretodo los belgo-marroquíes,

 

porque tendríais que estar preocupados.

 

Actuad, difundid la información

 

para que esta situación se termine,

 

no solo para mi hermano

 

pero para todos los demás presos belgo-marroquíes.

 

Ya que podríamos crear un precedente

 

como en otros países.

 

Creed-me, a cualquiera de nosotros le podría llegar a pasar lo mismo que

 

ha pasado a mi hermano si nosotros no reaccionamos.

 

 

Julie Jaroszewski pour ZinTV : video de la conférence de presse sur la grève de la faim de Ali Aarrass dans son intégralité.

dans ACTIONS/COMMUNIQUES DE PRESSE/DANS LA PRESSE par

Conf de presse salle 26 juillet 2013

Ali Aarrass est depuis le 10 juillet 2013 en grève de la faim et depuis le 24 juillet en grève de la soif.
Conférence de presse du collectif Sauvons Ali Aarrass, avec Luk Vervaet, sa soeur Farida Aarrass et son avocate Dounia Alamat.

L’avocate Dounia Alamat qui réfute la disposition invoquée par l’Etat belge, afin de ne pas faire intervenir l’aide consulaire dans le cas de la détention au Maroc du citoyen belgo-marocain Ali Aarrass.
L’Etat belge s’appuie ici sur un texte datant de 1930, une disposition par ailleurs qui ne lie pas les deux pays étant donné que le Maroc ne l’a pas signée, explique Maître Alamat.
Ali Aarrass est détenu depuis 2008, suite à des aveux obtenus sous la torture. « Lors d’une visite en septembre 2012, le rapporteur spécial des Nations Unies a établi la preuve des tortures sur base d’un examen médical », rappelle l’avocate Dounia Alamat.
Ali Aarrass avait par ailleurs était déclaré innocent en Espagne suite à une longue enquête du juge Garzon. Ali Aarrass a entamé le 10 juillet 2013 une grève de la faim et ce 24 juillet 2013 une grève de la soif. Plus d’informations sur le site : freeali.eu »

VOIR LA VIDEO

 

 

 

Conférence de presse Sauvons Ali Aarrass : Didier Reynders justifie l’injustifiable

dans COMMUNIQUES DE PRESSE/DANS LA PRESSE/SANS CATEGORIES par

Dounia III conf de presse 26 juillet 2013La conférence de presse du 26 juillet a commencé par la lecture d’un message qui nous est parvenu de la part d’Ali Aarrass :

 «  Je m’appelle Ali Aarrass. J’attire votre attention avec tous mes respects pour vous rappeller que je suis en greve de faim ouverte, entamée depuis le 10/07/2013. Aujourd’hui, pour vous montrer que je suis serieux dans ce que je déclare, j’ai pris la responsabilité de me mettre aussi en grève de la soif et celle-ci à partir du 24/07/2013. Les motivations et les raisons ont été dites et ecrites dans ma premiere declaration … Veuillez agreer l’expression de mes salutations respectueuses!! »

 Pour justifier son refus d’intervenir pour Ali Aarrass et son refus de recevoir sa famille en détresse, le Ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders (MR), répète toujours et partout les mêmes arguments. Farida II conf de presse 26 juillet 2013

D’abord, il prétend qu’il lui serait interdit d’agir « en faveur d’un national dans un pays dont cette personne disposerait également de la nationalité ». A ce sujet il invoque l’article 4 de la Convention de la Haye du 12 avril 1930.

Ensuite, Reynders déclare qu’il ne voulait pas intervenir parce qu’il ne souhaitait pas créer de « précédent » en intervenant pour un de ses nationales disposant également d’une autre nationalité : «  Sinon un précédent serait créé et la réciprocité pourrait être invoqué. Dans un pays qui compte des centaines de milliers de ressortissants ayant une double nationalité, ceci ne parait pas souhaitable ».

Dounia Alamat, une des avocates d’Ali Aarrass, à refuté ces arguments lors de la conférence de presse sur la grève de la faim et de la soif d’Ali Aarrass du 26 juillet 2013. Nous avons résumé des éléments essentiels de son intervention.

« 1. Le belge Ali Aarrass a été torturé au Maroc, dès lors, la Belgique a l’obligation d’intervenir pour son citoyen.

Monsieur Juan Mendez, le Rapporteur spécial contre la torture des Nations Unies, en compagnie de son médecin légiste, a pu se rendre auprès d’Ali Aarrass en septembre 2012.

Fin mai 2013, le Rapporteur spécial contre la torture a rendu public un courrier qu’il avait adressé en décembre 2012 au Ministre de la Justice marocain, parce que ce dernier n’a pas réagi à son interpellation, Dans son rapport, le Rapporteur spécial relate que son médecin légiste a constaté les séquelles de la torture infligée à Ali Aarrass : « Le médecin légiste indépendant qui accompagnait le Rapporteur spécial a effectué un examen physique externe et trouvé des traces de torture sur le corps de M. Aarrass ». (voir le rapport inégral sur Ali Aarrass ). Les faits démontrent indéniablement qu’Ali Aarrass a fait l’objet de terribles tortures au cours de sa garde-à-vue au Maroc. Dès son arrivée au Maroc, Ali Aarrass a subi douze jours de calvaire. Tout au long de sa garde-à-vue il a été sauvagement torturé faisant l’objet de menaces, de coups, de pendaisons, de chocs électriques, de quasi-noyades, de viols, et autres traitements abominables. Suite à ces traitements, il a signé des aveux qui ont été utilisés comme unique preuve en justice pour le condamner à douze ans d’emprisonnement. Ali Aarrass fait l’objet d’une peine inhumaine et dégradante. Les mauvais traitements, les menaces, les intimidations, les humiliations n’ont pas cessé au jour de sa condamnation. L’intégrité physique et psychologique d’Ali Aarrass demeurent menacées au quotidien, comme l’indique notamment le Rapporteur spécial des Nations Unies contre la torture.

 La Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, la Convention européenne pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques du 16 décembre 1966 (article 7) et la Convention européenne des droits de l’Homme et des libertés fondamentales (article 3) prohibent et organisent la prévention de la torture et des traitements inhumains et dégradants.

La Cour européenne des Droits de l’Homme considère l’interdiction de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants comme « l’une des valeurs fondamentales des sociétés démocratiques qui forment le Conseil de l’Europe ». Le droit de ne pas subir des traitements contraires à la dignité de l’homme doit être considéré comme un attribut inaliénable de la personne humaine. Il s’agit d’une des rares normes impératives du droit international des droits de l’homme.

Aucune exception, aucune atteinte au droit à l’intégrité physique ne peut être admise, quel que soit l’objectif poursuivi. 

Adhérer à la Convention contre la torture implique une obligation des Etats d’agir et d’intervenir d’une manière ou d’une autre. L’obligation positive qui pèse sur la Belgique c’est à « adopter des mesures raisonnables et adéquates pour protéger les droits que l’individu tient de la Convention ».

Par exemple. Un état comme la Suisse indique expressément, sur cette question, qu’elle peut accorder « la protection consulaire à des doubles nationaux dans leur second pays d’origine, en particulier lorsque leur vie ou leur santé est en danger (par exemple, à la suite de tortures ou de détentions dans des conditions inhumaines) ».

La sécurité et la santé, tant physique que psychologique, d’Ali Aarrass sont en grand danger. Après avoir subi d’ignobles tortures, il est toujours aux mains de ses bourreaux, qui le poussent dans un situation pouvant le conduire à la mort. La Belgique a le devoir de faire tout ce qui est en son pouvoir pour sauvegarder son ressortissant. Le fait que la Belgique n’intervienne pas constitue une atteinte à son intégrité. La Belgique laisse ainsi se détériorer la santé de son ressortissant, alors qu’elle a le pouvoir de veiller à ce qu’il soit traité humainement. Une simple intervention en faveur de Monsieur Aarrass constituerait déjà une mesure de protection car elle démontrerait – enfin – que l’on se soucie de lui.

 2. Contrairement à ce que préténd Monsieur Reynders, la double nationalité d’Ali Aarrass ne constitue nullement un empêchement juridique à l’intervention de la Belgique en sa faveur.

Pour justifier son refus d’intervention à l’égard de Monsieur Aarrass, Monsieur Reynders se base sur la convention du 12 avril 1930. Cette prise de position est juridiquement erronée.

D’abord, si la Belgique est partie à cette Convention du 12 avril 1930, le Maroc ne l’est pas. L’article 4 de la Convention de la Haye du 12 avril 1930 ne lie donc pas la Belgique à l’égard du Maroc.

Ensuite, il faut souligner que cette Convention date de 1930. Or, dès les années 1950, cette convention s’est montrée sans valeur et sans application. Le critère pour assurer une protection d’un double national oui ou non étant les liens effectifs d’un citoyen avec son pays.

Pour pouvoir justifier sa non-intervention, la Belgique devrait dès lors démontrer qu’Ali Aarrass n’a pas de lien effectif et prédominant avec elle. Cela est impossible. Ali Aarrass est belge en raison de son sentiment d’appartenance, de son très long séjour en Belgique, du fait que sa famille proche est belge, qu’il a fait ses études, exercé une activité économique en Belgique, payé ses impôts, effectué son service militaire, voté et maitrise une des langues nationales. Au contraire, Monsieur Aarrass n’a aucun lien avec le Maroc : il n’y a jamais vécu et ne maitrise pas l’arabe ! Dès lors que des liens effectifs et dominants – voir exclusifs – existent entre Ali Aarrass et la Belgique, la règle de la non responsabilité ne peut être invoquée pour justifier légalement l’abandon d’Ali Aarrass. Les liens effectifs avec l’Etat ont amené la France à intervenir en faveur de binationaux détenus ou disparus en URSS, au Viêt-Nam ou en Guinée. La Belgique est d’ailleurs déjà intervenue en faveur de binationaux dans l’Etat dont il disposait également de la nationalité.

Enfin, le Ministre a changé d’argument et a avancé le danger de la réciprocité. Ce changement implique que la position du Ministre n’est pas juridiquement imposée par le texte d’une quelconque Convention, comme il a pu précédemment le soutenir. Quant à la réciprocité, la Belgique torturerait-elle des ressortissants étrangers pour craindre l’intervention de l’Etat dont ils disposeraient également de la nationalité ? » 

APPEL :

Téléphonez ou envoyez un SMS a ce GSM pour les Belges en détresse au Maroc en-dehors des heures de travail : +212 (0)661 16 47 93 et demandez qu’il visite ALI à la prison de salé.
Ce numéro de garde s’adresse uniquement aux Belges en détresse au Maroc en-dehors des heures de bureau.

Écrivez, téléphonez ou Faxez aussi à Monsieur Didier Reynders,
Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères,du Commerce extérieur et des Affaires européennes
Rue des Petits Carmes, 15
1000 BRUXELLES
Tél. : +32 (0)2 501 85 91
Fax. : +32 (0)2 513 25

E-mail : contact.reynders@diplobel.fed.be

Écrivez, téléphonez ou Faxez aussi à l’ Ambassade de Belgique à Rabat :
4-6, Avenue Mohammed El Fassi
Tour Hassan – B.P.163
10100 Rabat
Tél.: +212 537 26 80 60
Fax: +212 537 76 70 03
E-mail: Rabat@diplobel.fed.be

 

 

Appel urgent de Jeremy Corbyn (MP) pour Ali Aarrass (23 juillet 2013)

dans ACTIONS/AU PARLEMENT/COMMUNIQUES DE PRESSE/FRIENDS OF ALI AARRASS LONDON SUPPORT COMMITTEE/Lettres/Letters/Brieven par

 

Farida Sarah Jeremy Corbyn LondonH.H. Princess Lalla Joumala Alaoui

 

Ambassador of His Majesty the King of Morocco 
to the Court of Saint James’s

 

Embassy of the Kingdom of Morocco 



 

49, Queens Gate Gardens

 

London SW7 5 NE

 

 

cc. Embassy of Belgium in London

 

 

Your Excellency,letter Jeremy Corbyn image

 

 

You may recall my writing to you before about the troubling case of Ali Aarrass, the dual Belgian/ Moroccan citizen tried and convicted of terrorism-related offences on the sole basis of torture evidence following a flagrantly unfair trial. Mr Aarrass is currently serving a twelve-year sentence at Salé II prison, where he reports having been the subject of repeated provocations, intimidation and harassment since meeting the United Nations Special Rapporteur on Torture, Juan Méndez, in September last year. (You may well be aware of the Special Rapporteur’s report on the case, which was made public earlier in the year. )

 

 

The latest of these provocations has driven Mr Aarrass to embark on an indefinite hunger strike. In brief, an item of post which he received on 8 July, a medallion given to competitors in the Brussels marathon, and its ribbon in the Belgian colours, was arbitrarily confiscated hours after he received it. Two days later, witnesses saw the prison Director, Abdellah Darif, and his assistant Mr Bouazza enter his cell in his absence, rip down postcards he had put up on the wall from friends and family, and conduct a search which left his possessions in disarray, in breach of rules which require prisoners to be present during searches. When Mr Aarrass asked to see the prison Director and asked him why he was being treated in this way, the Director indicated that Mr Aarrass was only a prisoner and that he, the Director, could do as he pleased. After this meeting, Mr Aarrass was not permitted access to a telephone, or to the exercise courtyard, or to the showers, and his personal mail has been withheld.

 

 

In protest at this denial of his basic rights and human dignity, Mr Aarrass has embarked on 12 July on indefinite hunger strike, until his possessions and his basic rights are returned to him.

 

 

It is hard to avoid the conclusion that Mr Aarrass is being punished for his contact with the United Nations Special Rapporteur, who I understand will be informed of these developments. I am extremely concerned that his attempts to exercise fundamental rights are met with such harassment and victimisation.

 

 

I would be grateful if you would convey my concerns urgently to the relevant authorities for immediate investigation.

 

 

Yours sincerely,

 

 

Jeremy Corby MP

 

Attention ! Conférence de presse sur la grève d’Ali Aarrass reportée à vendredi 26 juillet à 11 heures

dans ACTIONS/AVOCATS/COMMUNIQUES DE PRESSE par
dounia alamatA la demande de son avocate,  Maître Dounia Alamat,et pour garantir sa présence, la conférence de presse sur la grève de la faim et de la soif d’Ali Aarrass, prévue ce mercredi 24 juillet, est reportée au vendredi 26 juillet, même heure, même endroit (11h, rue du Chevreuil, 8 à 1000 Bruxelles).
Maître Alamat est en effet en ce moment en contact avec ses confrères marocains et avec les organisations internationales des droits de l’homme, notamment à Genève et au Maroc même. Elle disposera dès lors ce vendredi d’informations de première main sur la situation d’Ali.
Pour rappel: la conférence de presse aura donc lieu
Vendredi 26 juillet à 11 heures,
Rue du Chevreuil, 8
1000 Bruxelles
Intervenants: Farida Aarrass, sœur d’Ali et Maître Dounia Alamat, son avocateFarida Elena 26 juin
Les sympathisant(e)s de la cause d’Ali Aarrass sont les bienvenu(e)s.

Mercredi 24/07 : Conférence de presse sur la grève de la faim et de soif d’Ali Aarrass

dans ACTIONS/COMMUNIQUES DE PRESSE par

ali aarrass pasportConférence de presse  Mercredi 24 juillet, 11 heures,  Rue du Chevreuil, 8,  1000 Bruxelles

Ali Aarrass est en grève de la faim depuis le 10 juillet et de la soif depuis hier, pour le drapeau belge !  Le comité de soutien adresse une lettre urgente au Roi Philippe

 Le comité de soutien demande au Roi Philippe d’intervenir d’urgence pour que cessent les abus dont Ali est victime dans la prison de Salé, au Maroc, afin qu’il puisse stopper immédiatement la grève de la faim et de la soif qui mettent sa vie en danger.

 Dans cette lettre au Roi, les signataires expliquent les raisons de cette grève, qui comprennent son droit à disposer du drapeau belge dans sa cellule :

 « Sire, vous avez pu courir récemment les 20 km de Bruxelles, entouré par votre famille.  Il y a des années, Ali Aarrass aussi a couru le même parcours que vous. Maintenant qu’il est injustement en prison, il ne pouvait pas y être. Mais vous avez sans doute remarqué l’équipe « 20 km pour Ali Aarrass » parmi les participants et dans le public. Ali était tout fier et tout heureux. (…)  Le 8 juillet 2013 dernier, une lettre qui contenait des photos et un médaillon des 20 kms de Bruxelles, médaille dont le collier porte les couleurs du drapeau belge, ont été confisqués par la direction de la prison. Ali écrit : « Je suis toujours dans l’attente qu’on me restitue l’enveloppe avec le médaillon aux couleurs du drapeau belge. Le drapeau par lequel j’ai juré en faisant mon service militaire dans les années 1993-94. »

 Farida Aarrass, sœur d’Ali, rencontrera la presse pour préciser les informations les plus récentes sur la situation d’Ali ainsi que l’état d’avancement de son dossier.

Aller à Top