Ali Aarrass témoigne ! Riftime, Hirak Presse, Dounia Filali TV, Mohamed Hajib officiel (mars 2021)

dans SANS CATEGORIES par

 

Peut être une image de texte qui dit ’R’

Live ig Ɛali Ɛarras https://www.facebook.com/Riftime77/videos/358996555184011

 

Aucune description de photo disponible.
ندوة رقمية مع المعتقل السابق علي اعراس وعضوين من لجنة دعمه:
السيد Luk Vervaet
والسيدة Khadija Senhadji
هما معا من لجنة « الحرية لعلي » »comité Free Ali »
 
 
 
#دنيا_فيلالي​​​ #dounia_filali​​​ #المغرب​​دنيا فيلالي | أين الأميرة سلمى + أساليب السلطة الحقـ ـيرة + علي أعراس و التعـ ـديب

دنيا فيلالي | أين الأميرة سلمى + أساليب السلطة الحقـ ـيرة + علي أعراس و التعـ ـديب

 https://www.youtube.com/watch?v=iB8C2iSgFM
 
 
 
Mohamed Hajib Officiel

https://www.facebook.com/mohamedhajib40/videos/298201798304020 

Artikel verschenen in Nederland : ASIS AYNAN : Het heelal is oneindig, net als het onrecht dat Ali Aarrass is aangedaan . Klik hier 

Douglas De Coninck interviewt Ali Aarrass : ‘Ik werd jarenlang gefolterd in een Marokkaanse gevangenis’: Brusselaar Ali Aarrass is eindelijk weer thuis

dans SANS CATEGORIES par

 

Bron De Morgen 

Photos Thomas Nolf

We spreken af aan de Beurs en doen het gesprek wandelend. “Het is alsof ik opeens op een andere planeet ben terechtgekomen”, zegt hij. “Een planeet met alleen maar aardige mensen. Het is zo raar om al diegenen die brieven hebben geschreven, die voor je zijn opgekomen, na al die jaren in het echt te zien. Ze eens goed vastpakken, dat kan helaas nog niet.”

Na alle berichten die sinds 2009 vanuit Marokko doorsijpelden over zijn lot, ziet Ali Aarrass (58) er verrassend kranig uit. Hij heeft een ver verleden als bokser, diende ooit in het Belgische leger. Hij kan wat hebben. “Littekens van uitgedrukte sigaretten verdwijnen”, vertelt hij. “Andere niet. En wat het in je hoofd doet, dat allemaal ondergaan en je realiseren dat de mensen die dit doen hier specifiek voor zijn opgeleid, dat krijg ik niet uitgelegd.”
Ali Aarrass woonde 29 jaar in Brussel. Hij had eerst een handeltje in geschenkwaren en later een krantenwinkeltje in Molenbeek. In 2004 besloot hij weer in Melilla te gaan wonen, de Spaanse exclave vlak bij de Marokkaanse stad Nador waar zijn roots liggen.

“Toen de agenten van de Guardia Civil mij op 1 april 2008 op straat aanspraken, zat ik op een klant te wachten. Ze deden het lijken alsof het iets was met een verkeersboete. De eerste vraag was: ‘Wie zijn je vrienden?’ Ik vond dat een beetje raar, het klonk bedreigend. Ik zei dat ik maar een echte vriend heb, mijn vader. Ze lachten me uit. Achteraf begreep ik dat ze me een hele tijd hadden geschaduwd. ’s Avonds werd ik voor een rechter geleid. Die zei dat ik naar Madrid moest worden overgebracht. Daar vloog ik in isolatie. Na een tijdje werd ik voor Baltasar Garzón geleid.”

De magistraat die achter Augusto Pinochet en Silvio Berlusconi aanging, en George W. Bush wou vervolgen voor martelingen in Guantánamo.

“Op vraag van Marokko onderzocht hij ook de aanslagen van Casablanca (op toeristische centra op 16 mei 2003, ddc). Hij confronteerde me met een hele reeks namen die me niks zeiden. Hij vroeg me wie ik kende in Marokko. Ik zei: ‘Helemaal niemand.’ Ik heb daar nooit gewoond. Ik ben geboren in Melilla, en ik weet heel goed dat vanuit Marokko met een scheef oog wordt gekeken naar de enclave. Mijnheer Garzón heeft correct zijn werk gedaan en besloot dat ik buiten vervolging moest worden gesteld. Toch kwam ik niet vrij. Marokko vroeg om mijn uitlevering. Amnesty International Spanje is toen actie beginnen voeren. Omdat Marokko een land is dat foltert.”

Kent u de oorsprong van de verdenkingen tegen u?

“Nee, ik was een pionnetje op een diplomatiek schaakbord. We waren eerst met z’n tweeën. Ze hadden samen met mij een zekere Mohamed el Bay opgepakt, ook in Melilla. Iemand die ik niet ken. Ook hij werd aan Spanje uitgeleverd en zat daar meer dan anderhalf jaar lang in de gevangenis. Hij had de Spaans-Marokkaanse nationaliteit, hij is net als ik geboren in Spanje. Ik, met m’n Belgisch-Marokkaanse nationaliteit, werd uitgeleverd. Hem lieten ze gewoon vrij.
“Toen ik hoorde dat de uitlevering onafwendbaar werd, ben ik een hongerstaking begonnen. De eerste van vele. Ik ben door mensen van het Spaanse Rode Kruis naar de luchthaven gebracht en op 19 november 2009 naar Casablanca overgevlogen met een lijnvlucht van Royal Air Maroc. Als ze werkelijk een terrorist in me zagen, zouden ze me toch niet op een lijnvlucht hebben gezet? Uit alles wat mij overkwam valt op te maken dat de mensen met wie ik te maken kreeg, zelf niks geloofden van wat mij werd aangewreven. Ze voerden gewoon orders uit. Na de landing ben ik niet eens de douane gepasseerd. Ik werd in een auto geduwd met vier mannen van de geheime dienst in. Een van hen zei: ‘Nu ben je waar je thuishoort.’ Ik zei dat ik een Belg was. Ik kreeg de eerste vuistslag. We reden naar Rabat. We moesten voorbij drie tolhuisjes. Bij elk tolhuisje duwden ze mijn hoofd naar beneden.”

Ook naar Marokkaanse maatstaven was uw arrestatie onwettig?

“Zo voelde het in elk geval wel. Op het laatst werd ik geblinddoekt, dus ik wist niet waar ik terecht was gekomen. Eerst zetten ze je langs achteren gehandboeid op een heel wankele stoel, zodat je op een gegeven moment onvermijdelijk keihard met je hoofd tegen de vloer gaat. Je hebt het dan zogezegd jezelf aangedaan. Daarna begonnen de vragen. ‘Wie ben je? Hoeveel zussen en broers heb je?’ En opeens: ‘Waar heb je de wapens verstopt?’ Vier dagen lang zijn ze die vraag blijven herhalen. Ik kreeg een ijzeren staaf tussen m’n benen. M’n hoofd werd in een emmer water geduwd tot net voor ik stikte. Ik werd achterwaarts verkracht met een fles. Kreeg elektrische schokken. Hun overduidelijke doel was een bekentenis.”
Die u, zeggen de Marokkaanse autoriteiten, ook hebt afgelegd.
“Een scenario verzinnen is iets heel anders dan bekennen. Ik kon de pijn niet meer verdragen. Na vier dagen heb ik het adres genoemd van mijn tante, die dicht bij de grens met Melilla woont. Ze begonnen dat te onderzoeken, en zeiden van: ‘Het klopt, hij heeft een tante die daar woont.’ Ze zijn dat hele huis gaan doorzoeken, en ik moest mee. Ik werd opeens aangenaam behandeld. Door de data op het dashboard van de auto waarmee we naar daar reden, realiseerde ik me dat het vier dagen had geduurd. Ik had geen besef van dag of nacht. Door dat verhaal van mijn tante heb ik tijd gekocht. Ik wist ook dat het minstens zeven uur rijden was.”

Hoe reageerden ze toen ze geen wapens vonden?

“Het herbegon. En in het commissariaat rinkelde de telefoon de hele tijd. Ik hoorde ze zeggen: ‘Ja, chef, begrepen chef. Met eerbied, chef.’ Ik werd naakt gezet, ze staken een stok in m’n achterste. Ze pisten op me. Ze schoten kogels vlak naast m’n hoofd af. Ze zeiden: ‘Als je ons nu de echte bergplaats niet aanwijst, dan schieten we je dood. Ik zei: ‘Doe maar, ik weet van geen bergplaats.’ Ze hebben me toen bewusteloos geslagen. Ik heb later nog eens een ander scenario bedacht, met alweer hetzelfde gevolg.”
Kreeg u dan geen bijstand van het Belgische consulaat?
“Die hebben helemaal niks gedaan. Voor hen was ik ‘maar’ een Marokkaan. Uiteindelijk ben ik veroordeeld op grond van mijn ‘bekentenissen’. Eerst tot vijftien jaar, daarna twaalf. En ik heb ze uitgezeten. Tot de laatste dag. In de gevangenis van Salé, vooral. Ze zijn me daar blijven folteren. Omdat mijn zus, het ‘Comité Free Ali’ en Amnesty International herrie bleven maken. Ze bleven brieven schrijven. Ik ben uw krant tot de rest van m’n dagen dankbaar voor het publiceren van de tekeningen die ik via medegedetineerden buiten gesmokkeld kreeg. Dát is wat ze wilden doen stoppen: de aandacht, de kritiek van Amnesty. Hun idee, denk ik, was: ‘Ooit stopt hij wel vanzelf.’ Ik besef heel goed dat ik geprivilegieerd ben. Er zijn in de nasleep van de aanslagen in Casablanca zeker 2.000 mensen opgepakt, waarvan er honderden zijn behandeld als ik. Wat is er van hen geworden?”

U kwam vrij middenin de eerste Marokkaanse lockdown.

“Dat was alweer een punt van discussie. Ik kreeg in de gevangenis te horen dat ze mij niet konden vrijlaten vanwege corona. Er was toen een Marokkaanse dame die wist van het Comité Free Ali en aanbood om mij onderdak te bieden. Zij is me met haar auto komen halen. Ik heb drie maanden bij haar gezin geschuild, want vluchten waren er al die tijd niet. Tot ik opeens bericht kreeg: je kan mee op een vlucht naar Parijs. Ik geloofde het pas echt toen we in de lucht hingen. Toen kwam het besef. Ik had het enkel te danken aan goede mensen. Aan belangeloze generositeit.”

Hoe leeft u nu?

“Van iets waarvan ik mij altijd had voorgenomen dat het mij nooit of nooit zou overkomen. Het OCMW. Ik heb mijn hele leven altijd gewerkt, heel graag gewerkt. Ik zoek nu elke dag naar werk, maar het is niet evident.”

 

 

Après sa libération, notre lutte continue : vidéos, articles, audios sur Ali Aarrass

dans SANS CATEGORIES par

Créer

Photos Thomas Nolf

Six heures sur Radio Campus La diaspora chuchote

Interview in De Morgen door Douglas De Coninck (abonnees), klik hier 

Mohamed Hajib sur l’affaire Ali Aarrass ( avec la traduction de l’interview dans De Morgen en Arabe et vidéo de sa torture en 2012)

 

Moroccomail : Traduction (approximative) en français de l’interview dans De Morgen. Cliquez ici 
 

Speech d’Ali Aarrass (en Rifain) lors du rassemblement devant l’ambassade du Maroc pour les détenus du Hirak au Maroc (sur Facebook). Cliquez ici  

Empathie, par Ali Aarrass, 2 janvier 2021

dans SANS CATEGORIES par
Avant de me juger, mettez mes souliersz

(photo Avant de me juger, mettez mes souliers

La transformation de la conscience de l’être humain n’est plus en somme un luxe réservé à quelques individus isolés. C’est une nécessité, si l’humanité ne veut pas céder à l’autodestruction !
C’est bien pour cela qu’il nous faut fixer un objectif. Cela nous aidera à raisonner et rester humains pour prendre des décisions et agir dans le bon sens.

Notre cerveau est programmé aussi bien pour compatir les douleurs et les souffrances de l’autre, que pour partager leurs joies, leurs plaisirs. Ceci prouve qu’on est des humains et des êtres solidaires. Il nous faut plus de liens pour se fortifier. Nous savons tous que l’homme est spontanément prédisposé à apporter de l’aide à son semblable. C’est ce qu’on appelle se mettre dans les souliers de l’autre. C’est là que la confiance règne entre nous et qu’on ressent l’empathie. L’incompréhension du présent naît fatalement de l’ignorance du passé. Mais il n’est peut-être pas moins vain de s’épuiser à comprendre le passé si l’on ne sait rien du présent !

L’un de mes souhaits aujourd’hui, c’est d’arriver à nous entraider à construire la solidarité des vivants, des survivants, et des morts.
Aider à ne pas oublier l’essentiel, le sacré, l’homme digne de ce nom. Mais pour cela nous ne devons pas rester seuls, nous ne devons pas nous isoler.
Nous devons être débout. Libérer nos mains et nos regards de tous ces objets qui nous manipulent et nous font perdre un temps précieux.

Pour qu’on puisse enfin avancer vers les autres et leurs tendre nos mains et nos regards. Pour avancer dans la bonne direction.

Ali Aarrass.

Est-il nécessaire de confronter la réalité ? par Ali Aarrass 30 décembre 2020

dans SANS CATEGORIES par

IMAGINEZ !
Est-il nécessaire de confronter la réalité des pratiques de torture abjectes qu’ils nous ont infligé. Confronter les règlements et les lois auxquels ils ont voulu nous soumettre ? Croyez-vous qu’il est important et même nécessaire de s’interroger, sur les tortures qui se pratiquent encore aujourd’hui au Maroc ?

Comment garder le moral, l’envie de vivre, l’envie de manger ,de résister, la notion du temps. Comment survivre ? Comment se surpasser et accepter les épreuves avec le peu de forces que t’as ? Comment ne pas céder aux propositions ? Comment rester fort,  sans montrer son point faible ?

Vous pouvez vous imaginer, toutes les méthodes atroces que ces tortionnaires ont l’habitude de pratiquer au quotidien pour nous briser ! Oui, même si vous essayez de rester dans une pièce dans l’obscurité, en fermant les yeux dans un silence total, pour imaginer le pire qui puisse vous passer par la tête, vous n’arriverez jamais à comprendre et à imaginer l’horrible que c’est !

Une seule personne, moi, et tous ceux qui ont survécu à toutes ces atrocités, ont une réponse à vous donner… Je vous demande d’avoir du respect au moins pour ceux qui n’ont pas pu avoir cette chance et ce privilège que moi j’ai eu…

Je me force à dire que d’autres ont la crainte, la soumission et l’obéissance. Ils pensent que ce sont les attitudes à adopter face aux oppresseurs. Et d’autres encore pour qui, à la longueur du temps, une violence répétée paraît un droit !!!

Ali Aarrass.

Ali Aarrass, 2020 : « Mes meilleurs vœux à toutes et à tous »

dans SANS CATEGORIES par

Comme par le passé depuis ma cellule et aujourd’hui malgré le confinement, je vous souhaite d’agréables fêtes en compagnie de vos proches.

Cette année, libre enfin, je partage avec vous une liberté limitée comme dans tant d’autres pays. Par cette occasion, j’en profite de remercier tout le monde qui m’ont soutenu, mais spécialement au Comité free Ali, qui n’a jamais abandonné, ni baissé les bras dans ce combat livré en Belgique et en faisant entendre sa voix partout dans le monde.

Nous devions rester forts et unis dans les moments durs et difficiles, il fallait surmonter toutes les épreuves qu’ils nous ont infligés.

J’espère que l’année 2021 sera une année positive pour tous. Qu’elle nous apportera bonheur et surtout la santé et qu’on puisse réaliser nos désirs.

Quant à moi, ma vie reprend ses repères peu à peu, ma santé en parallèle et aussi avec ma famille.

Psychologiquement et psychiquement je me bats tous les jours. Il m’est difficile d’oublier les douze années d’horreur. Je suis traumatisé et touché au fond de moi-même…

J’espère que l’année 2021 sera l’année où je pourrai m’en sortir et avoir une nouvelle vie comme tant d’autres citoyens.

Me voilà sincèrement avec beaucoup d’envie de vous rencontrer et de passer de bons moments agréables, unis et plus forts que dans le passé.

Meilleurs vœux à tous malgré cette année si particulière.

Ali Aarrass

Ils m’ont collé l’étiquette de terroriste…, par Ali Aarrass (1 décembre 2020)

dans SANS CATEGORIES par

Serait- ce pour mon sérieux ?

Pour mon côté humain ?

Pour ma dignité ?

Pour mon charisme ?

Peut- être par mon audace ou pour mon parler sans réticence ?
J’allais oublier : pour mon identité ?

Pour mes beaux yeux de rifain , de celui qui n’abandonne jamais , de celui qui n’a jamais fait la marche arrière , de celui qui n’a jamais rasé les murs ?

Qui ne se laisse pas priver de ses droits , de celui qui n’a jamais baissé sa tête ?

Serait-ce pour tout cela , qu’on me considère comme « terroriste » ?

Je me pose la question , qui peut me répondre ?

Dans tous les cas sachez bien que celui qui fût terrorisé c’est bien moi et ma très chère famille !!!

Voyez-vous , depuis tout petit mes parents nous ont enseigné à être responsables, comme la plupart des humains sur cette terre !

Ils nous ont enseigné à aimer l’Humain , sans distinction de race , aimer la vie, la terre et toutes les créatures .

Donc de quel profil m’ont-ils injustement et arbitrairement condamné ? Après m’avoir torturé , incarcéré , isolé !

De quel droit, au nom de qui , de quoi et pourquoi toutes ces injustices m’ont été faite ? Pourquoi m’ont-ils infligé ces conditions de détention inhumaines, pourquoi ?

Serait-ce aussi pour me faire taire , pour me briser , pour que j’abandonne en pliant genoux ?

Mais ils n’ont pas réussi , grâce à vous et à tous ceux qui m’ont soutenu, de loin ou de près, c’est pour cela qu’il faut continuer à apporter tout notre soutien aux victimes d’une politique entre nations, qui se croient tout permis en violant les droits internationaux .

Quant à moi je suis resté Humain .

Ali Aarrass.

 

GRACE à VOUS l’objectif des 8000 euros pour l’examen médical d’Ali Aarrass par des spécialistes pour la réhabilitation des victimes de la torture à été atteint ! Derniers virements : VJ 50, OD 40, GA 250, CLAB 100, AN 2775

 

MERCI

 

 

Ali Aarrass a dû affronter le harcèlement de la police espagnole pour revoir son père, âgé de 90 ans

dans SANS CATEGORIES par

(Photos : Père et fils enfin réunis, après douze ans d’absence)

Par Luk Vervaet

Le 2 avril 2020, Ali Aarrass est sorti de la prison de Tiflet 2 au Maroc. La tête haute, le sourire aux lèvres. Une autre épreuve l’attendait : trois mois de confinement au Maroc, sous étroite surveillance policière, avant de pouvoir enfin retrouver les siens en Belgique.

Pendant ses douze longues années de détention, Ali n’a pas pu voir son père, Mustapha Aarrass, un homme de 90 ans, malade, qui vit à Melilla. Le jour de sa libération, les autorités pénitentiaires marocaines avaient promis et garanti à Ali qu’il pourrait passer la frontière espagnole pour rejoindre son père. La crise sanitaire en a décidé autrement : tout passage entre le Maroc et Melilla espagnole était bloqué. Même avec une attestation médicale sur l’état de santé préoccupant de son papa, Ali n’a pas obtenu l’autorisation de passage de la part de l’Espagne. Les autorités espagnoles ont même pris la peine de préciser qu’Ali Aarrass ne devait pas se faire d’illusions : cette interdiction de passage était particulièrement d’application pour celui qui sortait d’une prison marocaine pour terrorisme.

Il faut savoir que c’est l’Espagne qui a extradé Ali Aarrass au Maroc en 2010, après qu’il avait été jugé et innocenté par des juges de ce même pays ! L’Espagne a ainsi foulé aux pieds toutes les règles internationales, comme la demande du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme à Genève de suspendre l’extradition. En 2014, le Comité des Droits de l’Homme de l’Organisation des Nations Unies a publié une résolution déclarant l’extradition d’Ali Aarrass vers le Maroc «illégale». Le Comité demandait que l’Espagne répare le tort et qu’une compensation adéquate soit donnée au prisonnier. L’Espagne devait aussi «assurer une enquête effective sur le traitement qu’avait reçu Ali Aarrass au Maroc » afin de «prévenir des violations similaires dans le futur». Jusqu’à ce jour, l’Espagne a refusé de donner suite à toutes les demandes du Comité de l’ONU. Et son attitude de pays voyou dans l’affaire Ali Aarrass explique ce qui lui est arrivé à dans l’événement que voici.

Huit mois après sa libération, et son père devenant de plus en plus fragile et souffrant, Ali Aarrass prend son courage à deux mains et décide d’aller le voir. Il prend donc l’avion vers l’Espagne. Voyage avec transit à Malaga vers Melilla. Avec en poche l’attestation médicale de son père.

À l’aéroport de Charleroi, tout se passe normalement. Mais une fois sorti de l’avion à Malaga, il est interpellé et interrogé par les policiers de la Guardia civil sur ses mouvements, les raisons de son déplacement, ses plans etc. Tout l’entretien est filmé. Puis Ali est accompagné vers la sortie par la police, où l’attendent son frère et son oncle. Les trois partent en voiture, mais sont aussitôt suivis par une voiture de la police. Ce qui se passe après est digne d’un scénario américain. Après de petites courses dans un supermarché, leur voiture est tout à coup bloquée par celle de la police nationale. Les policiers sortent leurs armes, un d’eux frappe contre le vitre en criant « Mettez vos mains sur le volant ». Ali demande aux policiers de rester calmes et de faire leur travail en respectant les règles. La voiture est fouillée de fond en comble. L’identité du frère et celle de l’oncle d’Ali sont notées. Pourquoi tout ça ?, demande Ali. « Nous avons reçu un appel du supermarché qu’il y a eu un problème dans le supermarché », dit un policier. Sans rire. « Mais alors, allez vérifier les images des caméras de surveillance, dit Ali, nous ne sommes pas des voleurs ». « Cela, on le verra après, réplique le policier, on ne fait que suivre les consignes ». Les consignes, tout est dit. Ali décide de ne pas aller loger chez son frère comme prévu, mais dans un hôtel, pour éviter de lui causer des problèmes supplémentaires. Ce qui n’a pas empêché la police de suivre le frère d’Ali jusqu’à sa maison. Le lendemain, Ali prend un taxi pour l’aéroport, au lieu de faire appel à son frère, par sécurité. Quand il arrive à l’aéroport, le même policier que la veille l’y attend… Et ce n’est pas fini : une fois débarqué à Melilla, il subit un nouvel interrogatoire des policiers espagnols, avant de pouvoir – enfin – rejoindre sa famille.

Si l’Espagne a décidé de persister dans sa politique contre Ali Aarrass avec ce harcèlement agressif, même après douze ans de détention illégale, nous aussi nous persisterons.

Nous continuerons la campagne pour qu’Ali Aarrass soit reconnu comme détenu innocent, qui doit recevoir des réparations pour le mal subi, des trois pays impliqués, le Maroc, l’Espagne et la Belgique.

Ni oubli, ni pardon.

« L’amnistie ou la grâce? Pas pour ceux qui résistent », par Ali Aarrass, 15/11/2020

dans SANS CATEGORIES par

Amnistier ou gracier. 
Je sais à quoi vous pensez ! Je comprends, vous avez milles fois raisons de dire et redire qu’ on est fier de notre lutte, notre combat ! Et moi je vous rejoins dans vos pensées, pour vous dire ceci: 
Je savais dès le début, que je ne serai jamais, ni amnistié, ni gracié .

Simplement parce que je levais mon point et mon doigt vers le haut. Mon point pour mon combat, pour mon innocence. Mon doigt pour signaler et dénoncer mes bourreaux et tortionnaires !
Je savais que le Maroc n’allait pas se laisser faire ou céder…

Il me fallait choisir et prendre une lourde décision, que pourrait me libérer en un rien de temps. C’est à dire : être hypocrite et dire au monde que le Maroc est un état de droit, où les droits de l’homme sont respectés, et que je n’ai pas été torturé , ni maltraité…
Ou alors, les affronter jours et nuits avec mon point levé, pour les dévoiler, les démasquer et leur dire la vérité en face : que le Maroc est un état despotique, non démocratique, un état répressif et qu’il torture, maltraite en écrasant en affamant en terrorisant son pauvre peuple !

Donc, il me fallait choisir, prendre une décision, opter pour la plus dure, celle qui exigerait mon endurcissement pour affronter la peine à faire ! Je préfère rester moi-même.

Le peuple marocain est opprimé, réprimé par des individus qui sont sous des ordres d’un criminel qui depuis son palais veut être au-dessus de tout, lui une créature fragile, faible, qui a grandi dans un milieu fermé par ceux qui l’ont précédés !

Il a beau montrer au monde qu’il est pour une vraie « démocratie » ou un nouveau Maroc « prospère », un Maroc où on « respecte » les « droits internationaux et humains ».
Oui, car il lui faut sauver son image de tous les crimes qu’il ordonne contre le peuple marocain, des humains qui ne demandent que de vivre et de respirer.

Voyez-vous, tout ceci et plus encore, je l’ignorai avant d’être enlevé, kidnappé par la complicité de trois états : l’Espagne, la Belgique et le Maroc ! Au début, je ne pouvais pas croire tout ce que j’entendais contre le Maroc. Mais aujourd’hui, je suis une victime et un témoin vivant d’une complicité politique, diplomatique entre ces trois pays.

Oui ! j’ai été torturé durant 12 ans, terrorisé moi et ma famille comme tant d’autres innocents. Ils m’ont arraché 12 années de ma vie ! Ils ont tout fait pour me briser, me faire taire, me déshumaniser, me faire perdre ma dignité, tout ceci dans des conditions de détention déplorables
et inhumaines.

Malgré tout cela, ils n’ont pas réussi à faire de moi une autre créature… Mais au contraire ils ont renforcé mes convictions et ma dignité. Aussi je vous rappelle, que dans les prisons du Maroc, il y a beaucoup d’innocents qui purgent des peines qu’ils n’ont pas commis ! D’autres parce qu’ ils ont eu l’audace de parler pour dire à ses individus, qui détruisent ce qui d’autres essayent de construire sur leur terre, leur patrie,
d’arrêter d’opprimer et réprimer les citoyens en les terrorisant !

Donc à vous d’en juger, le peuple marocain est terrorisé ! Ils n’osent pas parler, pas lever ni le poing, ni le doigt. Peut-être les générations à venir ?

Ali Aarrass

Aller à Top